France Culture : la Force du nom au Musée d’art et d’histoire du Judaïsme

Leur nom, ils l’ont changé / Un nom taillé sur mesure.

Télécharger la 1ère partie
Télécharger la 2ème partie

Après les colloques Shmattès (2004) et Panim (2006), du fil de soi au visage de l’exil, nous aimerions interroger la question du nom. Les noms comme les visages nous identifient, ils portent l’histoire des ancêtres et se (trans)portent de génération en génération : transmission du patronyme, du nom dit « de famille ». Comme nous dit la petite histoire (juive), les noms nous collent à la peau et, à vouloir s’en séparer, ils vous reviennent comme des signifiants porteurs de l’origine. À faire la route (de l’exil), nombreux sont ceux qui ont changé un « nom à coucher dehors », car ce nom, parfois difficilement prononçable, les identifiait comme venant d’ailleurs, risquait de freiner leur intégration et leur promotion sociale. Avec l’espoir que franciser son nom pourrait éviter de nouvelles persécutions. Un nom changé est donc un nom de passe, un nom traversier, il permet de passer sans nous faire prendre. Comment les noms nous identifient-ils ? De quels lieux sont-ils porteurs ? Comment nous approprions-nous nos noms ? Comment les prononçons-nous ? De quel accent viennent-ils ?
C’est cette route de soi que nous souhaitons poursuivre, au croisement des disciplines et des lieux de passage, au plus près de ce soi-même : chacun avec sa langue et son histoire, avec tous ses noms sur soi, qu’ils soient changés ou non.

1ère partie
– Les changements de noms dans ses aspects politiques
Avec Danièle Hoffman Rispal, Vice présidente de l’Assemblée Nationale
– L’esquive et la trace : sur la francisation des noms
Avec Nicole Lapierre, sociologue, directrice de recherche au CNRS.
– Table ronde : Les changements de noms dans l’histoire : qu’en est-il des noms portés par les juifs, pourquoi les changer ?
Avec Natalie Felzenszwalbe, avocate ; Gilles Rozier, écrivain, directeur de la Maison de la culture yiddish-Bibliothèque Medem et Alain Didier-Weill, psychanalyste, dramaturge.

2ème partie
– C’est pourquoi il l’appela … [du nom de..] : L’acte de nommer : transmission, filiation
Avec Daniel Widlöcher, psychiatre, psychanalyste, membre de l’Association Psychanalytique de France, Président sortant de l’Association Internationale de Psychanalyse ; Hélène Trivouss-Widlöcher, psychanalyste, membre de l’Association Psychanalytique de France ; Eric Marty, professeur de Littérature, Université Paris 7-Denis Diderot et Patrick Rothman, psychanalyste et juriste.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :