Journal de Juillet 2013: Qu’est-ce qui se passe en Suède? Le fameux “modèle suédois” vacille-t-il?

Jonathan Nackstrand / AFP / Getty Images

Jonathan Nackstrand / AFP / Getty Images

Le 13 mai dernier un homme de 69 ans est mort à Husby, un quartier défavorisé de Stockholm. Abattu par la police, qu’il avait menacée. Les réactions ne se sont pas fait attendre. Jets de pierre, voitures et bâtiments brûlés, violences et haine, surtout de la part des jeunes. Pendant une semaine, Husby ressemblait aux banlieues françaises en 2005. Mais ce qui paraît logique, voir “normal” en France a frappé le monde de stupeur en Suède. En cause : le fameux “modèle suédois”, surtout en matière d’intégration, que tous les pays envient.

Il serait plus juste de dire modèle scandinave, tant les pays voisins du Nord se rassemblent sur ce point. Ou plutôt se ressemblaient. Car le tronc commun, le fameux modèle d’Etat-providence et d’aspiration sociale s’est fissuré partout, depuis longtemps. Au Danemark, d’abord, ou l’extrême droite a une réelle influence politique depuis des années et a activement orienté une politique très restrictive en matière d’immigration et de droits des étrangers. Par ailleurs, le plus grand quotidien Jyllandsposten s’est distingué en publiant les caricatures de Mahomet en 2005, provoquant un incendie mondial.

En Norvège, c’est un blond de souche, Anders Breivik, qui a exprimé sa haine antimusulmane. En massacrant ceux qui selon lui sont les responsables d’une immigration massive, le parti travailliste. D’abord avec une bombe contre le bâtiment du gouvernement, ensuite en tuant un par un les jeunes de l’île d’Utøya.

Enfin en Suède, à Husby, et avant dans d’autres banlieues, toutes marquées par un fort taux d’immigration et identifiées comme des ghettos. Mais « attention! » s’exclament les sociologues scandinaves. Ce serait trop facile d’accuser les jeunes immigrés, ou issus de l’immigration – 85 % de la population de Husby. Les causes sont plus profondes. Les gouvernements ont surtout négligé le front de l’éducation et de l’emploi. D’après les chiffres de l’agence suédoise pour l’emploi, 20% des jeunes de Husby n’avaient aucune activité en 2010. Un jeune de 16 à 19 ans sur cinq était sans travail ou non scolarisé. Sur le papier, ils ne faisaient rien. Ils “glandaient” ou trouvaient des occupations amusantes, genre caillasser des voitures. Un lycéen sur cinq ne va plus à l’école. Il y a urgence. Et encore plus pour l’emploi, premier facteur d’intégration. Pour l’ensemble de la Suède, le taux d’activité est de 65% parmi les jeunes, mais à Husby seulement de 40%, comme dans des banlieues françaises…

Les incendies de Husby montrent que personne n’a le monopole de la violence. Celle-ci est toujours latente dans certains quartiers français, américains, anglais ou brésiliens, il suffit de s’y rendre pour le ressentir immédiatement. Il ne manque pas de gouttes pour faire déborder le vase, il déborde depuis longtemps. Il suffit d’une mèche, même verbale, comme le fameux mot “karcher” l’a démontré en France. Dans tous ces cas, les jeunes se plaignent de l’attitude de la police à leur égard. Il suffit peut-être de peu. A Oslo, la police s’efforce d’aborder les jeunes immigrés de la même façon que tout le monde depuis des années. Et elle n’est pas armée. A Groruddalen, le Husby norvégien, les jeunes commettent moins d’infractions qu’au niveau national. Mais dans cette banlieue d’Oslo, le chômage des jeunes n’est “que” de 8,5 %. La Norvège a du pétrole…

Le modèle scandinave semble avoir vécu. C’était avant tout un mythe, mort dans les flammes de Husby et à Utøya.

Mais à la différence de la France, les pays du Nord n’ont pas attendu plus de 40 ans pour chercher les remèdes.

Vibeke Knoop

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :