Notre séance du Jeudi 23 mai 2013: projection de «Les femmes du bus 678» de Mohamed Diab


Les femmes du bus 678

un film de Mohamed Diab

Principaux acteurs: Naheb El Sebaï, Bushra Rozza

Egypte, 2012, 100 mn

Lieu de projection

Le Saint Germain des Prés, salle Beauregard – 22, rue Guillaume Apollinaire – 75006 Paris, Métro Saint Germain des Prés

Résumé : 

De nos jours, au Caire, les chemins de trois femmes se croisent. Fayza ne supporte plus de prendre le bus bondé où des hommes se livrent sur elle à des attouchements. Seba, violée un soir de match et délaissée par son fiancé, donne des cours d’autodéfense. Nelly, comédienne délurée, veut porter plainte contre l’homme qui l’a molestée. Fondé sur le premier procès pour harcèlement sexuel qui s’est tenu en Égypte en 2008, ce premier long métrage soulève des tabous sociétaux énormes. Il le fait avec un certain manichéisme, mais aussi avec une dose indéniable de courage et de justesse.

C’est le film qui a sans doute suscité le plus de débats et de larmes en Egypte depuis sa sortie. Projeté sur les écrans un mois avant la révolution, Les femmes du bus 678 a provoqué une onde de choc incomparable à propos d’un phénomène social, le harcèlement sexuel des femmes dans leur moindre déplacement quotidien.

Rien ne prédestinait le réalisateur Mohamed Diab, 34 ans, à devenir le porte-étendard d’un combat contre la violence faite aux femmes. Connu pour ses scénarios de film d’action c’est par le net, en 2005, qu’il va prendre conscience du phénomène du harcèlement collectif : le regroupement de dizaines d’hommes inconnus, qui, dans la rue, décident de fondre sur une proie, une femme, choisie au hasard, qui ne pourra en parler à personne sous peine d’être rejetée.

Ni les policiers qui participent parfois à des attouchements ou viols collectifs, ni la justice n’entendent les victimes. Phénomène de foule, frustration sexuelle, Mohamed Diab a frôlé le drame pendant le tournage quand l’actrice principale du film, filmée à la sortie d’un match de foot, a elle-même été agressée. Les femmes du bus 678 raconte la révolte de trois d’entre elles. En Egypte le film a suscité plusieurs procès (toujours gagnés) et rapporté deux millions de dollars de recettes.

Poignant, révoltant, porté par un trio de comédiennes qui ne lâchent rien, cet instantané dans la vie de trois Égyptiennes fissurées est le plus beau des combats de cinéma mené depuis longtemps pour la dignité de la femme. (Christophe Chadefaud Studio Ciné Live).

Thème :

La violence envers les femmes

TÉLÉCHARGEZ LE DOSSIER PÉDAGOGIQUE EN CLIQUANT ICI

Débat :

La débattrice est le docteur Marie-France Hirigoyen, psychiatre-psychothérapeute, victimologue spécialisée dans l’étude de toutes les formes de violences (sexuelles, familiales, perverses etc), et auteur de plusieurs livres importants, notamment en 1998 Le harcèlement moral, la violence perverse au quotidien (réédition en poche chez Pocket). Son livre le plus récent est Abus de Faiblesse et autres manipulations (2012, Éditions Jean-Claude Lattès).

ACCÉDEZ AU COMPTE-RENDU DE LA SÉANCE EN CLIQUANT ICI

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :