Journal d’octobre 2020 : Les anti-masques

Depuis début de la crise sanitaire, le masque est entré dans nos vies. Avec, bien évidemment, un flot de questions polémiques : Cette protection est-elle vraiment efficace? Y en aura-t-il pour tout le monde ? Est-on obligé de le porter à l’intérieur comme à l’extérieur ? Et le comportement parfois surprenant des autorités médicales, parfois contradictoire, n’arrange pas les choses, et accentue même un sentiment de défiance. En fait, beaucoup ne semblent pas intégrer le fait que ceci est dans notre intérêt. Pour eux, il pèse lourd sur nos rapports sociaux au quotidien, en entraînant une “perte de l’altérité “ . Sous le masque, “on perd un peu de soi et des autres”, ce qui “défigure le lien social”. “Dieu, qu’il est laid et pénible! “

Paradoxe : la liberté que réclament nos “anti-masques”, c’est en fait celle de contaminer les autres, surtout les plus âgés. C’est là le produit d’un désengagement civique qui est un des marqueurs de l’individualisme contemporain. Sans compter que ces convictions et cette rébellion les conduit très souvent à des incivilités parfois dramatiques.En réalité, qui sont ces “anti-masques”, dont le profil recoupe souvent celui d’autres rebelles en matière de santé publique, par exemple les “anti-vaccins”. Les anti-masques sont souvent plus jeunes que ces derniers, ils comptent environ 63% de femmes, d’un niveau d’études souvent assez élevé, et sont plus présents parmi les électeurs des partis d’extrême droite et d’extrême gauche. Il y a là, pour eux, une forme de désobéissance à un gouvernement qu’ils n’approuvent pas, ou l’expression d’un rapport de défiance plus large vis-à-vis de l’Etat et de l’Autorité en général. Pour eux, comme dans le problème des vaccins, il y a une collusion certaine entre le Ministère de la Santé, les fabricants de masques, les laboratoires pharmaceutiques, l’ensemble du corps médical et le gouvernement.

La plupart se voient comme une communauté de résistants qui souhaiteraient éveiller les ignorants et arrêter “cette mascarade”. Pour eux, le Covid serait une vaste fumisterie. Ils trouvent beaucoup d’attraits aux théories conspirationnistes, et sont sensibles au “libertarisme”, qui prône un refus très fort de toute contrainte de l’Etat. Ils attachent une importance irréfléchie aux libertés individuelles, et adoptent souvent des attitudes populistes. Donc, ils en viennent à rejeter le masque, cette “muselière” tout juste bonne pour les moutons. En fait, ces belles âmes manifestent une indifférence totale, et même une grande cruauté envers les sujets âgés, les plus menacés par le Covid. Des sujets âgés qui parfois commettent de sacrées imprudences en prêtant la main à certains rassemblements (anniversaires, par exemple) où le Covid trouve plus d’une proie. C’est assez consternant. L’adage qui dit “en me protégeant, je vous protège “ leur est totalement étranger .

Oui, tout cela est consternant, mais c’est ainsi, hélas ! Le sens civique, l’amour de l’Autre, le respect des aînés, voilà bien des valeurs en déshérence… On peut s’en désoler, mais c’est ainsi. Pas très belles, au fond, ces “belles âmes” : c’est donc cela, le monde qu’ils nous proposent ?

Guy Zerhat

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :