Journal d’Avril 2020 : L’affaire Sarah Halimi, un grand malaise et des questions en suspens

Sarah Halimi

Le meurtre horrible de Sarah Halimi soulève le cœur, et la décision de la cour d’appel de Paris du 19 décembre 2019, jugeant irresponsable pénalement le meurtrier tout en reconnaissant le caractère antisémite de son meurtre, laisse des questions en suspens. Le meurtrier a été astreint à une mesure d’hospitalisation d’office dont seuls les médecins pourront décider de la fin.  La famille de Sarah Halimi a formé un pourvoi en cassation contre cette décision.

Rappelons d’abord les faits : Sarah Attal Halimi, juive orthodoxe pratiquante, fut d’abord médecin, puis directrice de crèche. D’après les témoignages, cette femme a mené une vie de rectitude et de dévouement aux autres. 

Son meurtrier, Kobili Traoré, 27 ans, n’a jamais travaillé, avait un casier judiciaire lourd de plus de vingt condamnations et fumait jusqu’à 30 joints de cannabis par jour. Il habitait au deuxième étage du même immeuble que sa victime qu’il connaissait.

Dans la nuit du 3 au 4 avril 2017, vers 4h35 du matin, Traoré, d’origine malienne, s’introduit dans l’appartement de la famille Diarra, originaire du même village que sa famille, situé au troisième étage de l’immeuble et mitoyen de l’appartement de Sarah Halimi. La famille lui a ouvert la porte en pensant qu’il a besoin d’aide, mais effrayée par sa violence, elle se réfugie dans une pièce et appelle la police. Trois policiers de la BAC arrivent quelques minutes après l’appel.

Kobili Traoré enjambe le balcon et pénètre dans l’appartement de Sarah Halimi. Il est pris d’un moment de “folie” (nous y reviendrons), et s’acharne à coup de poing sur Sarah Halimi pendant près de 40 minutes, récitant par moment des sourates du Coran et traitant sa victime de ”Cheitan” (“diable” en arabe), avant de la défenestrer en disant aux personnes présentes qu’une “vieille dame veut se suicider”. 

Pendant les 40 minutes de ce déchaînement de violence extrême, alors que la victime appelle à l’aide et que son meurtrier hurle, des dizaines de voisins sortent aux fenêtres et des renforts de police arrivent. 26 policiers au total sont témoins du crime. Certains policiers sont dans la cour, d’autres se trouvent sur le palier de l’appartement de Sarah Halimi…

Son meurtre commis, Traoré enjambe à nouveau le balcon et retourne dans l’appartement de la famille Diarra restée réfugiée dans une pièce. Il se change et se met à prier. C’est alors que les policiers l’arrêtent. 

Nous savons que la police n’a pas l’autorisation d’intervenir lorsqu’il y a soupçon de terrorisme. C’est la raison pour laquelle des policiers de la BAC n’étaient pas intervenus dans les premières minutes de l’attaque du Bataclan. Cependant, sans faire la leçon, nous pouvons nous interroger sur l’inaction des policiers alors que la famille Diarra a décrit l’état mental mais aussi physique de Traoré qu’elle connaît bien : nulle ceinture d’explosif, ni d’arme à feu… C’est l’une des questions dérangeantes de cette horrible affaire. Le préfet de police, dans sa réponse au Comité de soutien “Vérité et Justice pour Sarah Halimi”, refuse que soit effectuée une enquête de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN). Cette réponse n’est pas de nature à nous rassurer – une personne en France peut être violemment agressée et mise à mort pendant 40 minutes devant des dizaines de témoins et 26 policiers, sans que personne n’intervienne… – ni à apaiser les esprits…

La juge d’instruction a commencé son travail. Une expertise psychiatrique a eu lieu, comme toujours en matière criminelle, menée par le Docteur Daniel Zagury, expert respecté et incontesté. Le docteur Zagury a conclu en septembre 2017 à une bouffée délirante aiguë au moment des faits chez Kobili Traoré, bouffée délirante liée à l’augmentation de sa consommation de cannabis le jour précédant le meurtre. Dans son rapport, Zagury a souligné que le discernement de Traoré ne pouvait être considéré comme ayant été aboli, mais seulement altéré. Cette expertise aurait dû conduire à un procès devant une cours d’assise…. Mais la juge d’instruction a nommé un collège de trois experts pour une seconde expertise. 

Soulignons que cette décision est rarissime et qu’elle laisse penser que la juge avait une conviction penchant vers l’irresponsabilité pénale. Cette décision lui a été vivement reprochée par les avocats de la famille de Sarah Halimi et une partie de l’opinion publique, révulsée que le meurtrier échappe à un procès et à une sanction pénale. 

Un collège de trois psychiatres, reconnus et incontestés, a rendu une seconde expertise concluant à l’abolition du discernement du meurtrier et donc à son irresponsabilité pénale. 

Devant le tollé suscité, une troisième expertise a été conduite, par trois autres psychiatres, qui ont conclu à l’abolition et à l’irresponsabilité pénale. Cette 3ème expertise a confirmé la bouffée délirante aiguë, mais a infirmé toute pathologie mentale chronique. Et les psychiatres de préciser que la distinction entre altération et abolition du discernement est difficile à établir.

Au cours de l’instruction, les avocats de la famille de S. Halimi ont obtenu à partir du rapport du Dr. Zagury que soit reconnue la circonstance aggravante d’antisémitisme. L’instruction a ajouté cette circonstance à la qualification du meurtre. L’instruction close, la cour d’appel s’est prononcée sur l’ouverture ou non d’un procès en assise, sachant que les experts psychiatriques avaient des avis divergents sur l’altération ou l’abolition du discernement du meurtrier et sa responsabilité pénale. 

Rappelons qu’une loi de 2008 a modifié la procédure. Auparavant, le juge d’instruction pouvait clore une affaire comme celle de Sarah Halimi par un non-lieu en raison de l’irresponsabilité pénale du meurtrier, et cela, dans le secret de l’instruction. La décision de la cour d’appel de Paris a été prise après une audience de 9 heures en audience publique. La famille de S. Halimi a décidé de ne pas y assister et s’est faite représenter par ses avocats. Assisté de ses avocats, Maîtres Tordjman et Touitou, Kobili Traoré a présenté ses excuses et a reconnu le meurtre. Pour ses avocats et de nombreux juristes, jusqu’à la garde des Sceaux, le fait que le meurtrier a reconnu depuis le début de l’instruction sa culpabilité explique qu’aucune reconstitution n’a été organisée. Et la procédure devant la chambre d’accusation s’est déroulée comme pour tous les autres procès.

Dans sa décision, la cour d’appel précise que le meurtre n’a pas été prémédité (ce n’est donc pas un assassinat) mais qu’il a un caractère antisémite. La conscience qu’a eu Traoré du judaïsme de S. Halimi a joué  “le rôle de l’étincelle” dans sa bouffée délirante aigue. Le  Dr. Zagury avait précisé que “Les témoignages portés à ma connaissance ne confirment pas l’existence chez Traoré d’un antisémitisme habituel, qui se serait antérieurement manifesté de façon claire (…) S. Halimi n’avait peut-être pas été délibérément recherchée et tuée parce que juive, mais le fait que Traoré réalise qu’elle l’était, à l’entrée dans l’appartement, s’est télescopé avec la thématique délirante, l’associant immédiatement au diable, et amplifiant le déchaînement frénétique haineux et vengeur.”

La contradiction logique entre la reconnaissance de l’irresponsabilité pénale pour cause psychiatrique du meurtrier d’une part, et la reconnaissance que le meurtrier voulait donner à son acte un mobile antisémite d’autre part questionne… Elle révèle le malaise profond, en plus de l’effroi, qui accompagne celles et ceux qui ont à suivre et à juger cette horrible affaire.

C’est cette contradiction logique et juridique dont les avocats de la famille de Sarah Halimi ont saisi la Cour de cassation. 

Nombreuses sont les personnes en France, et en premier lieu la famille de Sarah Halimi, qui attendent sa décision.

Rose Lallier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :