Journal de Juillet 2018 : Pourquoi écrire ?

Notre amie Nitsa Lew, compagne de longue date de Mémoire 2000, nous a envoyé ce joli et émouvant texte que nous tenons à vous faire partager.

 

« Dans les années quarante, ils se parlaient en yiddish,

L’ombre de Vilno ou de Warshé planait dans la maison,

Nous, les petits, on répondait en Français.

A Paris, sous les lois anti-juives qui régnaient,

Il était temps de fuir ou de se rendre à la raison.

Va-t’en Papa. Cache nous Maman.

Pourtant, devant nos fenêtres, voguaient les péniches.

La Seine, les bouquinistes, le Pont-Neuf et les amants,

Tous s’en foutaient, et à Notre-Dame l’on priait

Comme si de rien n’était. Moi, je m’imprégnais.

Plus tard, à l’école, quand on m’y envoyait,

Je ne jouais, ni ne parlais, mais surtout je lisais.

C’est ça qui m’a sauvée, qui m’a ouvert la ronde.

Comprendre, au-delà du Mal, la Beauté et le Monde.

Tant de souvenirs me reviennent, que je veux les dire

Aux autres et aux miens, ceux que je n’ai pu aimer,

Ni venger, ni consoler… Et pour ne pas en mourir. »

 

Nitsa Régine Lew

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :