Journal d’Avril 2018 : Auschwitz Projekt, un documentaire d’Emil Weiss

Avec ”Auschwitz Projekt”, le cinéaste Emil Weiss a réalisé un documentaire saisissant et extrêmement instructif qui a été diffusé sur Arte en 2018, et qui peut encore être visionné sur YouTube: (https://www.youtube.com/watch?v=rpPfpGj964M).

Ce documentaire fait suite à la trilogie documentaire intitulée “Hourban” (Destruction) que Weiss a consacré aux rouages de la machine d’extermination nazie.

28307Dans Auschwitz Projekt, Emil Weiss montre et donne à comprendre au moyen d’images aériennes impressionnantes des vestiges topographiques, et de textes de témoignages saisissants de Primo Levi, Charlotte Delbo et Simone Veil que Auschwitz fut un immense complexe s’étendant sur des dizaines de km2, réunissant camp d’extermination (Auschwitz-Birkenau) et camps de concentration (Auschwitz I et Auschwitz-Monowitz), une trentaine d’autres camps, des fermes agricoles, des centres de recherche, des mines et des usines, et un projet urbain.

Le projet Auschwitz représentait dans l’esprit de ses concepteurs l’application des différentes politiques nazies : une politique industrielle avec l’utilisation des déportés loués à bas coût par les grands groupes allemands (Krupp, IG Farben, Siemens), une politique agricole de ferme-industrie modèle, une politique urbanistique avec une ville construite dans le petit village d’Auschwitz-Oswiecim pour les familles allemandes censées incarner la pureté aryenne.

S’y trouvaient concrétisé les deux obsessions principales du régime nazi : l’extermination totale des populations juives européennes et la diminution drastique du nombre des personnes d’origine slave, considérés comme de races inférieures ; l’édification de “l’espace vital” allemand (Lebensraum) en Europe de l’Est.

Emil Weiss met en évidence combien l’industrie allemande qui a profité du travail des déportés a été partie prenante dans la germanisation d’une vaste zone autour d’Auschwitz et dans l’extermination de millions de personnes. Cette mise en perspective est particulièrement originale.

Avec ce documentaire, le cinéaste signe une œuvre forte et remarquable, qui instruit autant qu’elle donne à penser.

Rose Lallier

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :