Journal d’Octobre 2017: La situation des migrants en Libye

L’accord entre l’Union européenne et la Turquie de mars 2016 a abouti à la quasi fermeture de la route migratoire via la Grèce. Désormais, les migrants empruntent majoritairement la voie de la Méditerranée via la Libye qui est la plus meurtrière au monde.

Entonnoir libyen (2)Rappelons que la Libye est devenu un État défaillant depuis le renversement du colonel Kadhafi en 2011 et que les milices contrôlent le lucratif passage des migrants vers l’Europe. L’UNICEF et l’Organisation internationale des Nations Unies pour les migrations (OIM) ont publié le 12 septembre dernier un rapport intitulé “Un voyage épouvantable” dont les conclusions sont tragiques : sont apparus en Libye des marchés où les migrants de l’Afrique de l’Ouest sont vendus comme esclaves, les femmes migrantes sont battues, violées et affamées dans des prisons à ciel ouvert, les mineurs y sont particulièrement mal traités. Ce rapport documente le racisme dont les migrants subsahariens sont victimes en Libye, mais également en Europe.

Face à la montée des extrême-droites en Europe, l’Union européenne s’efforce de limiter l’arrivée des migrants, en sous-traitant à des pays africains une politique d’endiguement qui s’appuie sur des actions de développement économique et social et le renforcement des capacités des forces de défense et de sécurité. Cette politique a été réaffirmée lors du sommet de Paris du 28 août dernier qui réunissait les dirigeants de l’Allemagne, l’Espagne, l’Italie, la France, le Tchad, le Niger et la Libye. Le Président Macron y a défendu la proposition de “missions de protection” au Tchad et au Niger : l’identification des demandeurs d’asile se fera par des équipes du HCR, en accord avec le pays de premier accueil du migrant et le soutien d’équipes européennes spécialistes de l’asile. Les migrants déboutés du droit d’asile devront être reconduits dans leur pays d’origine. Cette externalisation des demandes d’asile fait craindre le pire aux organisations de défense des droits de la personne humaine.

Par ailleurs, l’UE et l’Italie ont négocié avec des tribus du Fezzan un accord de “sécurisation” de la frontière sud de la Libye qui vise à stopper les migrants, cela contre le versement de fonds…

Un accord secret aurait été négocié cet été entre l’Italie et les miliciens qui contrôlent les côtes libyennes : ces anciens trafiquants enferment désormais les migrants dans les conditions épouvantables décrites par l’UNICEF et l’OIM.

Depuis le début 2017, environ 98 000 personnes sont arrivées par la Libye et près de 2 250 personnes sont mortes en mer, selon l’OIM. La politique dite de relocalisation des migrants en Europe ne fonctionne toujours pas et l’UE semble toujours plus s’engager dans une politique qui tourne le dos à ses valeurs humanistes.

Rose Lallier

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :