Journal d’Avril 2014: Agenda rwandais

Canal+, les 20, 31 décembre et 1° janvier a démontré que l’on pouvait en toute impunité rire du dernier Génocide du 20°siècle.

Dans une parodie de l’émission “Rendez-vous en terre inconnue”, Jean Dujardin et Audrey Fleurot étaient, dans un sketch, reçus chez un survivant tutsi du génocide qui leur offrait à manger . Dujardin s’interrogeait de savoir si ce n’était pas du Hutu qu’on lui servait. Quant à Audrey, elle se lamentait de ne point trouver un orphelin à adopter. Puis vint l’adaptation de la comptine “Fais dodo Colas mon petit frère” où il était question d’une mère coupée en morceaux et d’un père à qui il manquait un bras…

22 000 personnes ont signé une pétition demandant au CSA de réagir et à Canal+ de s’excuser. Canal+ dans un communiqué indiqua que ce sketch “visait à caricaturer et dénoncer l’attitude de certains occidentaux ne s’intéressant qu’à eux même, en arrivant dans un pays qui leur est totalement étranger et qui avait connu une période de massacre et visait à créer un contraste entre l’émission parodiée et la gravité des faits.” Canal+ regretta que le sketch ait pu être interprété autrement. Donc, ceux qui protestent n’ont pas d’humour.

Depuis, Nicolas Canteloup y est aussi allé de son couplet “d’humour” sur Europe1. Il a cru bon d’indiquer qu’il ne s’excuserait pas et en a appelé à Beaumarchais, Coluche et Desproges pour se justifier face à l’indignation du CRAN. Canteloup a trouvé des défenseurs du “droit à l’humour” face à la tragédie de l’actualité. Au prochain Génocide il sera peut-être demandé aux victimes de “mourir d’humour”.

Comme chaque année, le dernier dimanche de janvier, Frédéric Encel organise les Assises Nationales de la lutte contre le Négationnisme. Ces 4èmes assises étaient consacrées aux “20 ans après : dire le génocide des Tutsi”. Il y avait quatre tables rondes et un nombreux public. De nombreux thèmes ont été évoqués : “Longue préparation et les signes avant-coureurs”, “L’ouragan de la mort” avec des témoignages, “Double génocide” et “Ecrire, montrer, témoigner et juger”. La journée se termina par l’intervention, ès qualité de “grand témoin”, de Bernard Kouchner. Les assises sont accessibles sur la toile et des notes ont été prises. Elles seront disponibles sur demande.

Le 13 février dans le cadre de la commémoration du 20ème anniversaire du génocide des Tutsi du Rwanda et l’ouverture du premier procès en France, un colloque s’est tenu au Mémorial de la Shoah. Y furent évoquées les inquiétudes de voir que systématiquement lors des procès en appel les exécutants sont plus fortement condamnés que les penseurs du génocide.

Maître Baudoin revînt sur le long cheminement judiciaire jusqu’au procès qui s’est ouvert à Paris. Sa consœur de Bruxelles Madame Hirsch, évoqua la situation judiciaire en Belgique qui, grâce à une loi de 1993, commença pendant le génocide même, alors que les exilés en contact avec leurs familles au Rwanda, connaissaient l’identité des tueurs. A ce jour, quatre procès ont eu lieu en Belgique. Il a fallu attendre le dernier procès pour parler du viol et qu’il soit jugé comme acte de guerre. En 2014, quatre personnes seront jugées.

Un documentaire sur le procès de 2009 qui vit le prévenu jugé et condamné en son absence pour cause de santé et qui devait décéder en attendant le procès en appel, fut projeté. Le colloque a été enregistré par le Mémorial, des notes ont été prises et seront disponibles sur demande.

Patrick Grocq

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s