Journal de Juillet 2018 : compte-rendu de la projection suivi d’un débat de « Les suffragettes »

bbSéance du 10 avril 2018

Thème : Le droit des femmes

Débattrice : Michèle Dominici

Le film retrace l’histoire de la révolution des femmes en Grande-Bretagne dès 1884, en se penchant sur le parcours de 5 suffragistes et suffragettes, qui ont consacré leur vie au combat pour l’égalité hommes-femmes et en particulier pour obtenir le droit de vote.

Applaudissements soutenus des élèves du Collège Boris Vian, à la fin de ce magnifique documentaire de Michèle Dominici.

Les élèves d’une seule classe de 3ème étaient présents et ont regardé ce film dans un silence religieux.

Michèle Dominici, qui nous a fait l’immense plaisir de sa présence, a tout de suite posé la question : “Y-a-t-il des choses qui vous ont paru invraisemblables” ?

Curieusement, la plupart ont été choqués par la violence “visible”, c’est-à-dire : le gavage des femmes qui faisaient la grève de la faim, l’emprisonnement, le suicide évoqué de celle qui se jette sous les sabots du cheval royal, geste de militantisme extrême !

Madame Dominici explique alors que l’opinion internationale s’en mêle dès l’instant où il y a violence, précisément.

C’était la seule façon pour ces femmes de se faire entendre. En effet le “gavage”est un outrage à la personne humaine.

A la question “différence entre suffragette et suffragiste ?”, la réalisatrice fait bien le distingo entre les réformatrices qui travaillent en douceur dans le respect des lois (suffragistes) et les suffragettes plus activistes et parfois violentes car elles ne reconnaissent pas ces lois, votées uniquement par des hommes.

Des événements qui ont eu lieu ailleurs font résonnance, exemple :

aux USA, Martin Luther King et Malcom X, les suffragettes aujourd’hui (les Femen) et les féministes.

Cependant, les deux types de militantisme sont nécessaires pour avancer, explique-t-elle.

Un élève demande “en quoi cela fait avancer les choses de casser les vitrines avec des marteaux, de brûler une église etc. ?”

Il fallait choquer l’opinion encore une fois pour être entendues, la société est inerte, n’écoute pas ce qui se passe “en dessous”, ce qui n’est pas directement visible. Ces femmes voulaient voter les lois et non être hors la loi.

“Pourquoi cette différence entre la Grande Bretagne (1929) et la France (1944) ?”

En France, les hommes craignaient que les femmes votent comme leurs maris, leur curé. “Qui va s’occuper du foyer ?”

L’homme protège la femme (mauvais argument car dès qu’elles manifestent, le gouvernement ne les protège plus).

Il a fallu la guerre et l’implication des femmes dans la Résistance pour que le Général de Gaulle accepte de donner le droit de vote aux femmes !

“L’histoire ne parle que des hommes, ce qui se justifie par la force de l’habitude, Imagineriez-vous une femme Prêtre ou Imam ? “

Non répond un élève. Mais pourquoi cette habitude, qui, comment, depuis quand ? Questionnons l’Habitude !

Luttons contre les comportements collectifs qui ont trop souvent enfermé les femmes dans leur folie dès qu’elles osaient parler !

Le droit de vote nous appartient désormais.

Gageons que ces élèves s’en souviendront et iront tous voter quand ils auront l’âge requis.

Un grand merci à Michèle Dominici qui a si bien mené le débat ce matin et aura conquis tous les élèves, je pense.

Joëlle Saunière

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :