Editorial du journal d’Octobre 2015: Un mois après…

Un mois après cette image a encore sa place ici, en tête de notre journal, tout comme en octobre 2001 celle des Twin towers à Manhattan, parce qu’elles ont un temps marqué la face du monde.

Nous revenant en boucle des quatre coins de la planète, elle s’est imposée et nous a aussitôt submergée, jusqu’à la nausée au point qu’elle est devenue un sujet de concours entre artistes, et le thème d’une performance collective à Rabat.

A n’en pas douter, elle a provoqué une réflexion et inspiré des changements d’attitudes des peuples et de leurs gouvernants qui n’ont pu s’en abstraire.

Les manifestations de Londres et de Copenhague en ont sans doute retenu certains d’entre eux.

Il ne faut sans doute pas donner plus d’importance qu’il n’en a, à ce retournement des sondages d’opinion en France qui sont passés d’une semaine sur l’autre de 44 à 53% en faveur de l’ai-­‐ de aux réfugiés, mais il demeure qu’ils auront traduit un certain mouvement d’opinion qui s’est traduit notamment par l’appel du Journal du Dimanche en vue d’activer le réseau des professionnels du spectacle, la contribution spontanée des clubs de foot, la réponse de 700 maires de France se déclarant disposés à accueillir des réfugiés sur le territoire de leur commune.

Il faut peut-être voir dans ce mouvement citoyen une amorce d’un soulèvement démocratique des peuples européens contre les institutions européennes qui ne les représenteraient plus. C’est en tous cas à la “naissance d’une opinion publique européenne que nous assistons » (Médiapart 7 sept).

Mais il faut maintenant laisser Aylan reposer en paix pour se tourner vers ceux qui ont survécu à l’épreuve de la traversée et, finalement c’est surtout à cela qu’elle doit servir cette photo, comme celle de Nick Ut représentant une petite fille de neuf ans du nom de Phan Ti Kim Phuc, qui a survécu, courant sur une route du Vietnam et souffrant des graves brûlures au napalm provenant des bombardements américains sur son pays en guerre. De l’avis de tous cette photo a largement contribué au retournement de l’opinion américaine sur la guerre qui prendra fin trois ans plus tard.

Il n’est pas indiffèrent que ce soit, dans ces deux exemples, un enfant qui ait été́ la victime à la fois de la barbarie et de notre indifférence, car elle laisse entrevoir que la survie de l’humanité́ passe nécessairement par le regard, le cri ou la mort d’un enfant.

Même si l’on considère que le sort actuel de l’humanité́ est mal parti, le seul espoir que nous puissions entretenir passe par eux. Cela ne nous empêche pas, avec Tahar Ben Jelloul, de méditer sur cet « éternel cimetière marin qu’est devenue la Méditerranée » : « Les guerres qui déchirent la Syrie, la Lybie et l’Irak entre autres ont pour conséquences de pousser des familles entières à accepter le marché proposé par des passeurs mafieux, en vue de trouver une terre d’asile en Europe … Le nombre des morts qui s’accumulent ne les retient plus. Leur mort ne leur fait plus peur, ni celle de leurs enfants … Mais que vaut la vie sans dignité, sans travail, sans lumière intérieure? Quand on n’a plus rien à perdre, on tente l’impossible ».

Maintenant qu’ils sont arrivés et qu’elle que soit la part de chaque pays de l’Union dans la répartition de cette charge nouvelle que va représenter le droit d’asile, c’est à nous qu’il revient de répondre chacun, à notre manière, à notre hauteur et en fonction de nos possibilités, pas aux autres.

Et tant pis si les derniers sondages ne laissent que peu d’espoir. A les en croire : avant la photo d’Aylan, 37% des sondés étaient favorables à ce que la France suive l’exemple de l’Allemagne. Après ce chiffre ne monte qu’à 38%. Tandis que le nombre des personnes défavorables passe de 44% à 49%.

A nous de leur donner tort.

Bernard Jouanneau

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s