40% des victimes de discrimination sont immigrées

30 mars 2010

Quelle surprise !

RACISME
40% des victimes de discrimination sont immigrées
NOUVELOBS.COM | 30.03.2010 | 10:22

Près de 14% des personnes déclarent avoir vécu des discriminations dans les cinq dernières années, quel que soit le motif , selon une étude de l’Insee et l’Ined.

Environ 40% des personnes qui déclarent avoir été victimes d’une discrimination sont immigrées ou enfants d’immigrés, issues principalement des « minorités visibles », selon l’enquête « Trajectoires et Origines » de l’Ined et de l’Insee publiée mardi 30 mars. « 40% des personnes ayant déclaré une discrimination sont immigrées ou enfants d’immigrés alors que ces deux catégories ne représentent ensemble que 22% de la population adulte résidant sur le territoire métropolitain », selon l’étude. Globalement, un peu moins de 14% des personnes déclarent avoir vécu des discriminations dans les cinq dernières années quel que soit le motif (sexiste, raciste, homophobe, lié à l’âge, à la religion ou à l’état de santé), le lieu ou les circonstances (travail, logement, établissement scolaire, espace public).

Lire le reste de cette entrée »


« Musulmans de France »

23 février 2010

Ce soir sur France 5

Eric Besson a, au moins, un fan. Il s’appelle Karim Miské et a coréalisé le documentaire Musulmans de France, diffusé ce soir sur France 5. « En lançant le débat sur l’identité nationale, Besson est devenu notre meilleur attaché de presse », s’amuse-t-il. Car, pas de méprise, cette fresque en histoires et en images adaptée de l’ouvrage Histoire de l’islam et des musulmans en France (éd. Albin Michel) a commencé il y a déjà trois ans. « Le télescopage est étrange, c’est comme si ce documentaire devenait une réponse au débat, poursuit Karim Miské. Sa diffusion par France Télévisions peut, du coup, être perçue comme une prise de position, un acte politique au sens large. »

En tout cas, « ce film tombe bien, souligne le directeur de l’antenne, Pierre Block de Friberg. Il offre des clés pour comprendre des questions qui agitent la société française depuis longtemps. » Et qui n’avaient jamais fait l’objet d’un documentaire de cette ampleur. « Les personnes interviewées [Abdel Raouf Dafri, le scénariste d’Un prophète, Bariza Khiari, sénatrice PS…] sont de grande qualité, note l’historien et spécialiste de l’immigration, Patrick Weil. Et la quantité d’archives cinématographiques retrouvées est impressionnante ». L’aboutissement « d’heures de dérushages », raconte Karim Miské. Car les documentalistes n’ont pu fonctionner par mots-clés comme « immigrés » ou « musulmans ». « Les sujets d’actualité tournés sur ces thématiques regorgent de mises en scène disons très exotiques, ou coloniales, poursuit Karim Miské. Notre but était, au contraire, de montrer le quotidien des musulmans de France. On a dû, par exemple, beaucoup travailler pour trouver des plans illustrant le rôle de certains musulmans pendant mai 1968. » Musulmans de France, qui fera l’objet d’un DVD le 11 mars « remet donc les pendules à l’heure, avec pédagogie », conclut Pierre Block de Friberg.
— Alice Coffin

Plus d’infos sur le site de France 5 ICI.


150 ans d’immigration

10 février 2010

Expo à l’Hôtel de Ville de Paris

Parce que Paris est lié depuis des siècles à ces voyageurs, travailleurs, artistes, soldats, sportifs et commerçants venus des quatre coins du monde, qu’un Parisien sur quatre est né à l’Etranger, une exposition retrace l’histoire de cette immigration depuis 150 ans. Elle s’installe à l’air libre autour de l’Hôtel de Ville du 8 février au 12 avril et sera inaugurée le lundi 8 par Bertrand Delanoë. Retrouvez l’histoire et les lieux de l’immigration à Paris, nos photos, nos vidéos, et participez à notre concours pour gagner un coffret de huit livres « Un siècle d’immigration des Suds en France ».

L’exposition

17 totems sont exposés autour de la mairie pour retracer ces 150 ans d’immigration, sur le parvis (1860-1920), rue de Rivoli (1920-1978) et rue Lobau (1975-2010), soit deux grands mouvements migratoires, l’un en provenance de toute l’Europe et l’autre en provenance des Suds (ex-empire colonial français, Amérique du Sud, Caraïbes, Chine, Moyen-Orient et Japon).

On estime qu’aujourd’hui un cinquième de la population francilienne est d’origine extra-européenne et qu’un quart des Parisiens est né à l’étranger. Ainsi, quatre-vingt nationalités sont représentées, composant une mosaïque exceptionnelle.

« Le Noir? Un corps qui a le rythme dans la peau et un sourire bon enfant. L’Asiatique? Un homme mystérieux et travailleur derrière sa couleur jaune. L’Arabe? Un brave montré comme fanatique et dangereux en revendication permanente. »

Tous ces clichés, présentés par les historiens Pascal Blanchard et Eric Deroo, ont marqué l’histoire de l’immigration, à Paris comme ailleurs, depuis 150 ans. L’indigène est devenu immigré, et la métropole du second empire colonial mondial s’est transformée en Capitale des libertés. Un nouvel imaginaire collectif s’est crée, que Pascale Boistard, adjointe à l’intégration et aux étrangers non communautaires a décidé de mettre en valeur, sous une forme inédite, dans l’espace public.

Plus d’infos ICI
Télécharger l’expo en PDF ICI


Baromètre HALDE/OIT

29 janvier 2010

Augmentation des personnes s'estimant victimes de la discrimination au travail

Lu dans 20 Minutes :

ETUDE – La direction et les supérieurs hiérarchiques sont essentiellement désignés par les salariés…

La crise, un engrais pour les discriminations D’après le baromètre de la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (Halde) et de l’Organisation internationale du travail (OIT) révélé hier, le nombre de personnes s’estimant victimes de discrimination au travail serait en constante augmentation depuis trois ans : 36 % dans le privé en 2010 (contre 28 % en 2009) et 26 % dans la fonction publique (contre 22 % en 2009). « Ces chiffres ne reflètent pas totalement la réalité car beaucoup de personnes n’ont pas conscience d’être discriminées. Elles ont totalement interiorisé l’injustice qu’elles subissent », souligne Louis Schweitzer, président de la Halde. Sans surprise, l’origine reste le premier motif de discrimination cité par les salariés du privé, suivi par la grossesse et l’âge. L’ordre diffère dans la fonction publique où la grossesse arrive en premier, suivi de l’âge.

Lire le reste de cette entrée »


Carte d’identité nationale

24 janvier 2010

Paru dans le Journal de Janvier 2010

Je suis né en 1936. Mon père était étranger, il a été naturalisé en 1938. Le gouvernement de Vichy lui a retiré la nationalité française en 1942.

Vichy n’était plus la république, mais c’étaient des Français qui administraient, délivraient les papiers, faisaient fonctionner la police…

En 1945 la République a été rétablie, les décrets pris sous Vichy abolis (pas tous).

La carte d’identité de mon père rétablie. Elle portait même le N°2, le N°1 étant celle du général de Gaulle.

Qu’est-ce qu’être français? Il ne faut pas oublier que c’était aussi cela. Depuis lors, je n’accepte plus d’avoir une carte d’identité infalsifiable : on ne sait jamais.

— Daniel Rachline


Initiative populaire contre… le rituel israélite

24 janvier 2010

Paru dans le Journal de Janvier 2010

Les Suisses viennnent d’exprimer leur hostilité aux minarets par votation. En 1893, ils en firent de même contre “les pratiques israélites d’abattage des animaux”.

L’initiative populaire est un droit suisse qui permet à des citoyens de proposer un texte ou une modification de la constitution. Le texte est ensuite soumis à une votation populaire qui l’acceptera ou non.

En fait, le peuple a rarement accepté les initiatives qui lui ont été soumises : sur 160 initiatives ayant fait l’objet d’un vote, seules 17 ont été acceptées. La toute première initiative populaire en Suisse eut lieu en août 1893, deux ans après avoir été introduite dans la constitution.

Lire le reste de cette entrée »


Les minarets de la discorde

24 janvier 2010

Paru dans le Journal de janvier 2010

La votation helvète contre la construction d’un minaret a soulevé une tempête et pas seulement en Suisse.

Cet événement semble tomber à pic pour libérer une parole jusque là soigneusement retenue, sur la place de l’Islam en Europe. Et cette parole est violence. Elle est aussi angoissée, on ne peut pas le nier.

L’islam en cette période de crise et de précarité cristallise sur lui toutes les peurs et les ressentiments. Il devient, comme d’autres minorités l’ont été dans l’histoire, en d’autres temps, un bouc émissaire.

Lire le reste de cette entrée »


Identité nationale : un défouloir à la portée de tous

24 janvier 2010

Paru dans le Journal de Janvier 2010

Alors, Monsieur le Ministre, « il paraît que l’identité nationale est un sujet dangereux (sic) »?

Que se passe-il donc en France depuis qu’Eric Besson a ouvert un débat sur le net pour connaître l’opinion des Français? Des horreurs que l’on croyait d’un autre temps – on avait tort, il se vérifie que les crises économiques et le retour du racisme-xénophobie-antisémitisme, entretiennent de solides, et anciennes, relations. Il faudrait donc peut-être éviter de rendre l’enseignement de l’histoire optionnel. On pourrait le regretter.

Fallait-il ouvrir cette boîte de Pandore pour d’obscures (sic) raisons électorales? Au départ, nous a-t-on dit, l’intention était généreuse : il fallait trouver le moyen de rassembler autour d’une notion (nation) commune les diversités de cultures et d’origines. D’accord, l’Europe et la France sont bousculées par l’irruption d’une modernité multiculturelle et multiethnique. D’accord, les problèmes existent, les incompatibilités doivent être contournées ou supprimées, au bénéfice de l’indépendance du pouvoir politique. Des sondages ont montré que les Français jugeaient le débat utile, mais mal présenté.

Lire le reste de cette entrée »


Quand un modèle d’intégration manque d’intégrité…

23 janvier 2010

Coup de gueule

Azouz Begag, dont le livre Le Gone du Chaâba a inspiré un film plusieurs fois programmé par Mémoire 2000, est aujourd’hui candidat du Modem aux régionales.

C’est dans le contexte de cette campagne qu’il a fait un entretien avec le journal suisse Le Temps (lire ci dessous), dans lequel il a sorti une phrase proprement abjecte :

« Dans 10 ans, on sera entouré de Chinois, alors il faudra que l’on se serre les coudes, les Français, les Arabes et les Africains, afin de protéger notre identité. »

Que l’ancien ministre délégué chargé de la promotion de l’égalité des chances, poste auquel il était particulièrement inefficace (je me rappelle d’un reportage lorsque M. Begag, confronté à des preuves réelles de discrimination raciale patente, a simplement répondu que c’était illégal… donc il n’y avait rien à faire de sa part), un politicien qui a fait carrière sur son statut « d’intégré », sorte ces horreurs les rendent d’autant plus répréhensibles.

Non content de prôner un racisme « anti-chinois », M. Begag semble approuver une distinction entre « Français », « Arabes » et « Africains ». Celle-ci n’a aucun sens lorsqu’il s’agit, comme c’est manifestement l’intention dans les propos de M. Begag, de parler « d’identité française ». Donc les Arabes et Africains français partagent l’identité française, mais ne sont pas français ??? Alors que fait « l’Arabe » Begoug en tant que candidat à une élection française ? S’il estime qu’il appartient à une catégorie autre que française, comment peut-il prétendre à un statut réservé aux Français ?

M. Begag a tenté de se rattraper dans un entretien sur RMC, effort qui n’a fait que l’enfoncer.

Pour ma part, et au niveau de notre association, je m’opposerai à toute exploitation future de l’oeuvre de ce raciste. Et me demander comment il se fait que les associations antiracistes bien implantées n’aient pas cru bon poursuivre M. Begag. C’est sans doute plus facile de s’offusquer du raciste Hortefeux que du raciste Begag. Et pour sa carrière politique, j’espère que cette tentative de séduction des électeurs racistes et xenophobes de la région Rhône-Alpes n’aura pas l’effet voulu pour M. le Ministre…

— Marc Naimark

Lire le reste de cette entrée »


Ceci aurait-il un rapport…

9 janvier 2010

L’Italie limite le nombre d’élèves étrangers dans ses écoles
NOUVELOBS.COM | 09.01.2010 | 12:28

Le ministère de l’Education a fixé à 30% le maximum d’élèves étrangers inscrits dans les classes d’écoles primaires et secondaires. Le gouvernement estime ainsi « favoriser l’intégration ».

L’Italie a décidé de fixer à 30% le maximum théorique des élèves étrangers dans les classes des écoles primaires et secondaires à partir de l’année scolaire 2010-2011 pour « favoriser l’intégration », indique vendredi 8 janvier un communiqué du ministère de l’Education. Face à la croissance du nombre d’élèves étrangers, le ministère a envoyé une « Note sur l’intégration » indiquant que « les inscriptions de mineurs non-italiens ne doivent pas dépasser les 30% des inscrits », indique le document.

Cette limite de 30% sera introduite à partir de la prochaine année scolaire de manière progressive et elle ne concernera au début que les classes de première année de l’école primaire et secondaire, précise la note. Le plafond des 30% pourra être plus élevé dans le cas d’élèves ayant une nationalité étrangère mais qui sont nés en Italie et maîtrisent donc la langue, ou abaissé si les élèves étrangers démontrent une très faible connaissance de la langue, selon la même source.

Lire le reste de cette entrée »


…avec cela ?

9 janvier 2010

Il n’y bien entendu pas de lien entre un gouvernement qui diabolise l’étranger et des lynchages…

67 blessés dans une chasse aux immigrés en Italie
NOUVELOBS.COM | 09.01.2010 | 15:47

31 étrangers, 19 policiers et 17 habitants italiens ont été blessés lors d’une véritable chasse aux étrangers menée par des habitants de Rosarno, dans le sud de l’Italie. Environ 50.000 ouvriers agricoles immigrés vivent dans le pays, la plupart du temps dans des conditions insalubres.

Un nouvel immigré a été légèrement blessé par un tir de fusil de chasse à quelques kilomètres de Rosarno, en Calabre (sud de l’Italie), a indiqué samedi matin 9 janvier la police qui a donné un nouveau bilan de 67 blessés dans les incidents ayant éclaté jeudi soir et qui ont été suivis d’une chasse aux étrangers.
Une enquête a été ouverte après le tir samedi matin, a ajouté la police. Sur les 67 blessés, 31 sont des étrangers dont deux ont été grièvement blessés vendredi soir à coups de barres de fer ; 19 des policiers ; et 17 des habitants italiens de cette localité, selon la même source. Six personnes, toutes des immigrés, sont encore hospitalisées. Les autres victimes souffraient de contusions ou de blessures légères.

Un précédent bilan, donné par l’agence de presse Ansa, faisait état de 38 blessés: 20 étrangers et 18 policiers.

Selon l’agence de presse Ansa, une centaine d’habitants armés de bâtons et de barres de fer ont érigé des barricades, notamment près d’un local où se trouvaient de nombreux immigrés. Certains charriaient des bidons d’essence et des massues. D’autres ont décidé d’occuper la mairie de Rosarno « jusqu’à ce que les immigrés soient éloignés ». « Qu’ils s’en aillent, il faut qu’ils aient peur », a déclaré à la télévision un jeune habitant de la ville, tandis qu’un autre expliquait: « C’est une protestation organisée ».

Lire le reste de cette entrée »


Profanation d’une mosquée

14 décembre 2009

NDLR : Evidemment, le « débat sur l’identité nationale » et ses relents d’islamophobie, renforcés par les propos nauséabondes du Président de la République par rapport à l’interdiction des minarets, n’a rien à voir avec ceci…

MOSQUEE
La mosquée de Castres a été profanée cette nuit
NOUVELOBS.COM | 13.12.2009 | 16:56

Des propos xénophobes et des croix gammées ont été tagués sur les murs extérieurs de la mosquée, des pieds de cochon ont été suspendus à la poignée du portail. « Depuis un certain temps, on n’arrête pas de viser la communauté musulmane », dénonce le président de l’Association islamique de Castres.

La mosquée de Castres a été profanée dans la nuit de samedi 12 à dimanche 13 décembre par des inconnus qui ont taggé sur ses murs extérieurs des propos xénophobes et des croix gammées, a-t-on appris auprès du responsable du lieu de culte. Après avoir franchi le portail, les inconnus ont dessiné des croix gammées et écrit « Sieg heil » sur les murs extérieurs de la mosquée, où ils ont également tracé des inscriptions dont « La France aux Français » et « White power », a indiqué le président de l’Association islamique de Castres, Abdelmalek Bouregba.

Lire le reste de cette entrée »


Sur Canal Plus ce soir : La ratonnade oubliéeMarseille 1973

27 novembre 2009

Sur le blog Le Veilleur du jour (Le Monde) :

Eté 1973 à Marseille. Sur les murs de la ville, les slogans «Mort aux Arabes» se multiplient. Le 14 août, Ahcène, dix-huit ans, est tué dans la rue par un homme qui ne le connaissait même pas. Dans les jours qui suivent, les actes de violence vont croissant. Le 25 aoraton2.1259324722.JPGût 1973, à Marseille, le meurtre d’un conducteur de bus par un immigré algérien fait les gros titres des quotidiens. L’éditorial de Gabriel Domenech dans Le Méridional (à lire sur ce site) met le feu aux poudres en appelant à la vengeance. Pendant plusieurs mois, des meurtres vont être commis dans tout le sud de la France. Une seule et même cible : des Arabes…

Ce climat de haine xénophobe aboutit le 12 décembre 1973 à son paroxysme avec l’attentat du Consulat algérien (capture d’écan ci-dessus), rue Dieudé à Marseille. (Voir sur le site de l’Ina, le reportage de l’époque). La bombe déposée dans le hall du consulat devait faire quatre morts et une trentaine de blessés (dont douze graves) parmi les personnes qui attendaient leur tour de passage. Cet attentat, venant après d’autres (contre le siège d’Air Algérie ou celui de l’Amicale des Algériens) a suscité une grande émotion… parmi les Algériens de Marseille. Le lendemain, plus de 3.000 d’entre eux allaient manifester. Lire d’Yves Gastaut, « La Flambée raciste de 1973, en France ».

Lire le reste de cette entrée »


Etes-vous sûr(e)s d’être Français ?

19 novembre 2009

NATIONALITE
Etes-vous sûr(e)s d’être Français ?
NOUVELOBS.COM | 19.11.2009 | 09:52
Réagissez à l’article 40 réactions
A l’heure où le débat sur l’identité nationale s’embrase, des milliers de Français sont, dans les faits, contraints de prouver leur nationalité. Enquête sur le durcissement de l’administration française.

Ounoussou Guissé aura eu besoin de trois ans pour prouver qu’il était Français. Et de deux rencontres avec Hervé Morin. La première fois, c’était le 31 décembre 2008, en Afghanistan. Le ministre de la défense était venu fêter le réveillon avec son régiment, là où avait eu lieu quelques mois auparavant l’embuscade qui a coûté la vie à dix soldats Français. « Je connaissais l’un deux, on avait été au Tchad ensemble », se rappelle cet hussard parachutiste. Pourtant, Ounoussou n’a pas hésité à se porter volontaire pour « l’afgha ». C’est un patriote, un vrai. Qui parle de sa fierté « à servir le drapeau Français ». Répète qu’il « n’a pas peur », puisque « c’est le métier ». Pendant ces nuits glaciales, ce ne sont ni les risques, ni ce froid de gueux qui le tenaient éveillés, Ounoussou. Mais ce qu’il appelle pudiquement « ses problèmes de papiers ». En 2007, le para a été convoqué par le tribunal de Rouen qui conteste sa nationalité Française. Lui, qui a toujours eu un passeport et une carte d’identité Française ! Lui dont le père a été naturalisé en 1962 ! Le tribunal, invoquant un récent arrêt de la cour de Cassation, a estimé que la nationalité Française a été à l’époque donnée par erreur au père, aujourd’hui décédé. A titre posthume, il veut (et peut) donc la lui retirer. A lui et à ses fils. Eh oui, c’est fragile une nationalité. Cela se donne, cela se perd. Même cinquante ans après. Ounoussou n’a rien compris. « J’ai toujours travaillé, payé mes impôts, servi mon pays ». Il en a pleuré de rage, le soir, dans son lit. L’enfer juridique a commencé. L’affaire a été jugée une première fois en 2008. Ounoussou a gagné. « J’étais tellement content que j’ai payé mon coup à tout le régiment ». Las ! Dix jours après, coup de massue : le parquet a fait appel. Ounoussou est encore en Afghanistan quand il apprend la nouvelle, à se geler dans un VAB (Véhicule Avant Blindé). Octobre 2009. Cette fois ci, c’est en uniforme qu’Ounoussou va braver le tribunal. Il est reçu par Hervé Morin qui s’offusque de cette « situation kafkaïenne ». Même Eric Besson se fend d’un communiqué : considérant déjà que l’impétrant n’est plus Français, il lui assure qu’une demande de « naturalisation pour services exceptionnels rendus à la France » sera examinée de façon favorable (1). Hier, le tribunal a enfin reconnu qu’Ounoussou Guissé était Français…Au bout de trois longues années de procédures.

Lire le reste de cette entrée »


Festival CinéRepères

16 novembre 2009

L’UniverCité
Programme du Festival CinéRepères de la Cité de l’Immigration du 20 au 22 novembre 2009.

Ciné-Repères, le festival, rend hommage à de grands cinéastes maghrébins ou d’origine maghrébine, avec au total une quinzaine de projections organisées autour des thématiques développées dans l’exposition temporaire « Générations, un siècle d’histoire culturelle des Maghrébins en France ».