Quand ce sont les Français qui sont les sales étrangers qui bouffent le pain d’honnêtes gens…

14 octobre 2009

En stigmatisant les frontaliers, le parti populiste MCG a réalisé un très bon score à l’élection du Parlement genevois.

«Ce n’est pas une simple victoire, c’est une razzia, un triomphe, un phénomène», s’émeut l’éditorialiste de la Tribune de Genève. Dimanche, le Mouvement citoyen genevois (MCG), un parti populiste local, dont le principal cheval de bataille est la dénonciation des travailleurs frontaliers venus de France, a été le grand vainqueur des élections au Parlement genevois : il a pratiquement doublé sa représentation au Grand Conseil !

Avec son slogan «Genève et les Genevois d’abord !», le MCG, qui se proclame «ni de droite, ni de gauche», assure qu’il y a un lien direct entre la présence des travailleurs français frontaliers et le taux de chômage dans le canton de Genève, le plus élevé de Suisse (7 % en septembre, contre 3,9 % au niveau national). Parallèlement, ce canton possède le plus grand nombre de titulaires de permis de travail pour non-résidents du pays (65 126 en 2008). Une situation encouragée par les disparités locales : les logements sont plus nombreux et moins chers en France, tandis que les salaires sont plus élevés en Suisse.

Lire le reste de cette entrée »