Journal d’Avril 2020 : notre séance-débat du 28 janvier 2020

Au revoir les enfants

Thème : La Shoah

Débatteurs :

Esther Senot (témoin, rescapée d’Auschwitz)

Philippe Morier-Genoud (comédien)

En 1944, Julien est pensionnaire dans un collège catholique. Il découvre Jean, un nouveau venu, fier et secret. Julien et Jean se prennent peu à peu en amitié. Cependant, ce lien ne pourra jamais s’épanouir. La Gestapo débarque un jour au collège et arrête le Père Jean et les trois enfants juifs qu’il avait cachés parmi ses petits catholiques.

Esther Senot (crédit photo : Patrick Lavaud)

Esther Senot déportée à 15 ans à Birkenau, continue à 91 ans à perpétuer la mémoire des camps où elle a perdu sa famille.

Philippe Morier-Genoud est le comédien qui a joué le rôle de Père Jean dans le film de Louis Malle.

Après ce film émouvant, Esther Senot prend la parole et témoigne de sa vie très douce et heureuse au départ et qui va devenir un cauchemar à partir de 1939. À travers son histoire, elle retrace les grands évènements qui vont précéder l’horreur des camps :

– Mai 1940 offensive allemande.

– Octobre 1940 suppression de la République et premières lois sur le statut des juifs.

– Mai 1941 arrestation de 4 000 hommes de 16 à 50 ans envoyés dans les camps français de Pithiviers et Beaune-la-Rolande puis déportés à Auschwitz.

– Juillet 1942 rafle du Vel d’Hiv (14 000 personnes dont 4 000 enfants).

Esther, qui s’était cachée lors de la rafle, se retrouve seule à 14 ans à Paris ; elle va alors parcourir la France à la recherche de sa famille. 

De retour à Paris en juillet 1943 elle est arrêtée et emmenée à Drancy puis déportée à Auschwitz. Elle raconte avec beaucoup d’émotion les conditions de ces trois jours de voyage en enfer.

À l’arrivée et après un “tri “, 106 femmes dont Esther se rendront à pied au camp de Birkenau. Elle y retrouve sa sœur qui décèdera dans le camp. Des 106 femmes, seules Marie (son amie) et elle-même seront encore vivantes à la libération du camp en janvier 1945.

Les détails épouvantables racontés par Esther rendent les élèves totalement muets et très émus. Ce témoignage très long n’a pas laissé de place au débat, ni à l’intervention de Philippe Morier-Genoud, mais les images décrites par Madame Senot resteront, certainement, à jamais, gravées dans la tête de toutes les personnes présentes à cette séance.

À la suite de cette séance, une visite guidée est proposée au camp de Drancy. Une classe de 3ème du collège Camille Sée est déjà inscrite.

Arlette Weber

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :