Journal de Janvier 2020 : Les mots forts d’Angela Merkel à Auschwitz-Birkenau

A la veille du 75ème anniversaire de la libération d’Auschwitz, dans une Europe où les extrêmes-droites donnent de la voix, la question se pose plus que jamais de savoir comment transmettre la mémoire des crimes nazis. Chaque rappel de l’antisémitisme d’Etat qui a sévi en France entre 1940  et 1945 semble faire progresser l’idée qu’il n’y en a que pour eux, les juifs qui seraient toujours les privilégiés.

angela-merkel-s-est-rendu-le-6-decembre-2019-a-auschwitz-d3d567-0@1x

Angela Merkel à Auschwitz, le 6 décembre 2019

Angela Merkel a effectué une visite à Auschwitz, le 6 décembre 2019, la 1ère, pour le dixième anniversaire de la Fondation Auschwitz-Birkenau. La chancelière s’était déjà rendue à Buchenwald en 2009,  à Ravensbrück en 2010 et à Dachau en 2013 et 2015. Dans son discours prononcé aux côtés du premier ministre polonais, elle reprend des paroles fortes sur “la responsabilité perpétuelle de l’Allemagne dans la rupture civilisationnelle que constitue la Shoah”. Elle rappelle que ce camp situé en Pologne, où furent assassinés 1,1 million de personnes dont un million de juifs, se trouvait “dans une région annexée en 1939 par le Reich”. “Se souvenir des crimes, nommer leurs auteurs et rendre aux victimes un hommage digne, c’est une responsabilité qui ne cesse jamais.” Angela Merkel dénonce les “dangers du révisionnisme historique”. Elle dénonce aussi un “racisme préoccupant”, une ”intolérance galopante” et la montée d’un “antisémitisme qui menace la vie juive en Allemagne et en Europe“. Elle ne nomme pas le parti d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (AfD), mais il est aisé de reconnaître ce parti d’opposition qui n’a de cesse de dénoncer la repentance et dont le président d’honneur qualifie le nazisme de “fiente d’oiseau à l’échelle de mille ans d’histoire glorieuse”.

Terrible paradoxe des “années Merkel” : depuis son arrivée au pouvoir en 2005, la mémoire des crimes du nazisme s’est intensifiée. Quatre lieux de mémoire  ont été inaugurés: le Mémorial aux juifs assassinés d’Europe, le Mémorial aux homosexuels persécutés pendant la période nazie, le centre de documentation Topographie de la terreur et le Mémorial aux Roms victimes du nazisme. Mais dans le même temps, le racisme et l’antisémitisme ont progressé de façon spectaculaire et 91 députés AfD siègent désormais au Bundestag. La politique d’accueil des réfugiés menée par la chancelière a contribué à cette progression de l’extrême droite.

Le voyage de madame Merkel, ses paroles prononcées à Birkenau ont une importance historique. Mais tout se passe comme si l’invitation à assumer les crimes du passé provoque pour beaucoup l’effet inverse : le discours de la honte de l’Allemagne devient un combustible bienvenu pour les populistes qui réclament le retour de la glorieuse Allemagne.

choko

Notre amie Isabelle Choko, déportée à Auschwitz, sera notre Grand témoin et débattrice le 28 janvier 2020

Pour autant, il est essentiel de continuer à transmettre cette “rupture civilisationnelle” que fut la Shoah.

A Mémoire 2000, nous persévérons à notre petite échelle, en janvier nous avons programmé Au revoir les enfants de Louis Malle, Isabelle Choko, déportée à Auschwitz rencontrera les lycéens et collégiens que  les professeurs ont inscrits en nombre.

L’échange vivant avec les derniers témoins demeure essentiel.

 

Jacinthe Hirsch

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :