Editorial de Janvier 2020 : Bonne année!

Retour sur les années 2010

Durant ces dix ans, la progression des populistes et des nationalistes a été spectaculaire : Trump, Bolsonaro et Salvini s’installent au pouvoir. En France, l’arrivée de Marine le Pen au second tour de la présidentielle de 2017 n’étonne presque plus, alors qu’en 2002 l’arrivée de son père au 2ème tour avait été un choc. En Europe de l’Est, les démocraties illibérales émergent, en Hongrie, Orban est largement élu en 2010 et en Pologne, le parti Droit et Justice revient au pouvoir en 2015. Cette montée des nationalismes xénophobes se manifeste aussi hors d’Europe, en Turquie avec Erdogan, en Inde avec la récente loi de Modi qui facilite l’accès à la citoyenneté indienne aux réfugiés uniquement s’ils ne sont pas musulmans.

Au milieu de cette décennie, les attentats de 2015 plongent la France dans la sidération. D’abord en janvier contre Charlie Hebdo et l’Hyper Casher de la porte de Vincennes, puis le 13 novembre où plusieurs attaques font 138 morts et nombre de blessés. Les attentats de Paris, revendiqués par l’Etat Islamique sont le début d’une longue série. Au fil des enquêtes, la France découvre l’embrigadement de djihadistes qui vont rejoindre l’Etat Islamique en Syrie. On s’accoutume à la présence de vigiles et de portique de sécurité à l’entrée des lieux publics. La menace terroriste est inscrite dans notre décor comme ces énormes blocs qui entourent les festivités publiques après l’attentat au camion bélier à Nice le 14 juillet 2016.

Les printemps arabes, mouvements de protestation contre des pouvoirs autoritaires, marquent aussi la décennie 2010. Février 2011, Moubarak quitte le pouvoir en Egypte. Cette même année, la contestation en Tunisie entraine la chute de Ben Ali et un fragile espoir de démocratie. En 2011 encore, la contestation violemment réprimée en Lybie aboutit à la chute de Kadhafi. La guerre civile éclate en 2011 en Syrie, les révoltes sont réprimées avec une extrême violence. Le chaos s’installe au Moyen-Orient. L’Etat Islamique s’implante en 2014, sur le territoire syrien, puis irakien, permettant à Bachar al Assad de dire qu’il combat les terroristes, alors qu’il écrase d’abord la rébellion modérée. Les printemps arabes sont aussi des laboratoires de la démocratie, comme en Tunisie et en 2019, en Algérie où le Hirak, mouvement de contestation qui tient depuis février, réclame sans violence une sortie du système contrôlé par l’armée. Pendant ces dix ans, le processus de paix entre Israël et la Palestine n’a pas avancé, mais plutôt reculé.

La décennie 2010 c’est aussi l’importance des migrations de masse. Les migrants fuient les guerres et la misère. La Méditerranée devient le cimetière de malheureux partis sur des embarcations de fortune. Les candidats à l’exil sont bloqués aux frontières. Venues de Lampedusa, Vintimille et Calais, les images nous font mesurer la détresse des exilés. La traversée de la Lybie est devenue éminemment dangereuse. Aux Etats-Unis, Trump veut construire un mur pour stopper l’arrivée des migrants venant du Mexique. La réponse à donner aux questions de migration est un enjeu politique majeur.

Depuis 2010, les réseaux sociaux ont conquis une place considérable. Ils favorisent les échanges instantanés, pour le meilleur et parfois pour le pire. #Metoo libère la parole des femmes, Facebook a favorisé le printemps tunisien. Les réseaux sociaux se font l’écho des scandales, ils amplifient la prise de conscience de l’urgence climatique, incarnée par Greta Thunberg. Mais Twitter et Facebook fabriquent des tribunaux médiatiques faisant fi des institutions judiciaires. Ils servent de déversoirs aux propos racistes et haineux. Chacun peut dégainer son tweet plus vite qu’il ne pense, à commencer par Donald Trump qui déverse sans filtre ses caprices en 280 signes.

Ceci n’est qu’un survol rapide, sans analyse. La complexité des évènements de cette décennie nous rappelle que l’Histoire n’est pas finie.

Mémoire 2000 choisit de la transmettre.

Jacinthe Hirsch     

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :