Journal de Juillet 2017 : Françoise

Infinie tristesse à Mémoire 2000 : notre chère Françoise Flieder nous a quittés et c’est peu de dire qu’elle nous manque déjà. Françoise, c’était la vie, l’amour des siens, le regard sur l’Autre. Enfance heureuse gâchée par des pneumonies à répétition qui lui valurent tout à la fois un retard scolaire important et un manque certain de confiance en elle-même.

Au début de la guerre 1940/45, la chasse aux Juifs étant le sport préféré du Maréchal Pétain, la famille, conduite par un père admirable, fuit la région parisienne pour gagner la zone non-occupée, dans le midi de la France. Arcachon, Le Gers, Bandol puis Marseille, avec d’importantes restrictions alimentaires. Le nomadisme continue : Lozère, Tarn-et-Garonne, puis Grenoble, Nice, les Alpes, avec toujours une scolarité en pointillé qui accentue son retard ! Enfin, la Libération et le retour à Paris.

Intéressée par la politique, elle adhère à l’Union des Jeunes Républicains de France. Après plusieurs échecs au bac, elle décide de faire des études de chimie, et commence par le niveau le plus bas, en entrant dans une Ecole de Techniciens Chimistes du nom de Scientia. Parallèlement, elle suit des cours au Conservatoire National des Arts et Métiers, ainsi qu’au Laboratoire de Recherche de la Société des Matières Colorantes. Elle est alors engagée au Muséum d’Histoire Naturelle, et intègre le CNRS pour travailler au sauvetage des livres de la Bibliothèque  Nationale, où elle débute comme stagiaire de recherche. Elle y restera 45 ans, ayant accédé au plus haut grade des chercheurs : éclatante revanche sur une scolarité défectueuse. Et ce n’est pas tout : le Directeur des Archives Nationales l’engage. Elle passe, entre autres,  18 années dans les sous-sols sordides du Laboratoire de Cryptogamie , et sera finalement nommée Directrice du Centre de Recherches sur les Documents Graphiques. En outre, elle crée et dirige deux revues professionnelles très renommées.

Parallèlement à cette carrière professionnelle exemplaire, entièrement due au mérite et au travail, Françoise connaît une vie de famille riche et heureuse : elle forma avec  son admirable époux Jean (médecin qui fut mon correspondant en O.R.L.) un couple très uni, et fut pour ses trois enfants une mère aimante et attentive.

Toujours tournée vers les autres, elle adhère à Mémoire 2000, dont elle partage les buts : instruire les jeunes sur les discriminations en tous genres, notamment le racisme et l’antisémitisme, donner toujours le meilleur de soi-même, tout ceci avec un enthousiasme communicatif, des indignations sincères et une ardeur au travail toujours renouvelée.

Et comment parler de Françoise sans évoquer sa sœur aînée Janine, elle aussi membre très actif de Mémoire 2000, qui hélas nous a quittés voici quelques mois. Elle aussi, qui fut médecin, était généreuse, elle aussi était tournée vers les autres, elle aussi avait bien sûr connu la vie aventureuse et délicate de la famille sous l’Occupation. Jamais nous n’oublierons son sourire, sa dignité et son dévouement.

Par-dessus toutes les qualités et les vertus de notre Françoise, je suis personnellement frappé par sa modestie et sa volonté farouche : car si ses débuts  professionnels furent modestes, ce sont surtout ses compétences exceptionnelles qui lui valurent d’être recherchée par les plus hautes autorités scientifiques. Réussite entièrement due à ses mérites. Chapeau, Madame !

A Mémoire 2000, son sourire, son enthousiasme, ses emportements nous manquent déjà. Et s’il est vrai que, ainsi que le disait Brassens, “les gens ne meurent qu’au jour où l’on ne parle plus d’eux”, alors oui, Françoise est et sera toujours parmi nous.

Guy Zerhat

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :