Ne pas oublier Verdun

bataille-verdun-premiere-guerre-mondiale-site-histoire-historyweb-2

Bataille de Verdun, soldats allemands dans les tranchées, 1916

Le 21 février 1916 débutait une des batailles les plus meurtrières de la Grande Guerre: la bataille de Verdun. Elle causa à elle seule la mort de 300 000 soldats dans les deux camps, et autant de blessés.

100 ans après, il n’y a, bien entendu, plus de témoin. Le dernier “poilu” et mort en 2008. C’est pourquoi il et important de ne pas oublier cette bataille qui a duré 300 jours et 300 nuits et qui a été d’une barbarie inouïe.

Cette bataille est devenue le symbole de la folie guerrière avec l’inauguration d’armes redoutables comme le lance-flamme ou les gaz toxiques. Près des 3/4 de l’armée française sont passés par Verdun ce qui fait que chaque famille française, ou presque, a un ancêtre qui y a combattu.

Dans la conscience nationale cette bataille tient une place à part car elle est non seulement le symbole de la Grande Guerre, mais aussi celui de “l’héroïsme des poilus et la fierté de la résistance tricolore”.

Bundeskanzler Kohl in Frankreich 1984 / Gedenken der gefallenen Soldaten in Verdun

François Mitterrand et Helmut Kohl devant l’ossuaire de Douaumont, septembre 1984

Depuis 1984, la “mère des batailles” comme on l’appelle aussi, incarne également, et c’est heureux, la réconciliation et le pardon. Nous gardons tous à l’esprit l’image de François Mitterrand et d’Helmut Kohl, main dans la main devant l’ossuaire de Douaumont.

Aujourd’hui pour transmettre et entretenir la mémoire des victimes de cette guerre, la première “moderne” qui a ouvert la voie à des “progrès” considérables dans l’art et la manière de tuer toujours plus et plus vite, il ne reste que le Mémorial (Cliquez ICI pour accéder au site internet du Mémorial)

De fin 2013 à début 2016, le Mémorial a été fermé pour des travaux de rénovation et d’agrandissement.

024_670392

Mémorial de Verdun, France, Meuse

Il rouvre à l’occasion du centenaire du début de la bataille de Verdun. La scénographie du musée est modernisée et plus pédagogique, et le conflit est désormais présenté sous un point de vue franco-allemand.

Il faut absolument s’y rendre et y emmener des jeunes.

Lison Benzaquen

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :