Journal d’Avril 2015: Du « Baril de poudre» à « La rue de Cristal»

(Scanpix Denmark/Reuters)

Centre culturel de Krudttønden (photographe: Scanpix Denmark/Reuters)

Le 14 février 2015, quelques dizaines de personnes assistent à un débat au centre culturel Krudttønden (Baril de poudre) dans un quartier aisé du nord de Copenhague.

Thème : Art, blasphème et liberté. Parmi eux, le dessinateur suédois Lars Vilks, auteur de l’une des caricatures de Mahomet. D’ où une certaine protection policière. Sur scène : la chef de file des Femen Inna Shevchenko.

Soudain, des dizaines de coups de feu éclatent. Toutes les personnes se jettent à terre dès les premières balles. “ Intuitivement, je dirais qu’il y a eu au moins cinquante coups de feu, et les policiers ici nous disent deux cents. Des balles sont passées à travers les portes”, raconte l’ambassadeur de France, François Zimeray.

Dans la fusillade, un homme est tué à l’extérieur du bâtiment, le réalisateur danois Finn Norgaard. Les trois policiers qui assurent la sécurité du bâtiment et du caricaturiste sont blessés. Plusieurs participants au débat, dont l’ambassadeur et le caricaturiste, se replient dans une autre salle, où ils resteront de longues minutes.

Quelques heures plus tard, quatre-vingts personnes se trouvent dans la grande synagogue de Krystalgade (rue de Cristal) dans le centre de Copenhague, pour participer à une Bat Mitzva, lorsque le bâtiment, placé sous surveillance à la suite de la fusillade du centre culturel, est la cible de tirs. Un jeune homme juif de 37 ans, Dan Uzan, qui surveillait les accès à l’édifice est touché de plusieurs balles à la tête et meurt. Deux policiers sont également blessés par les tirs. Le tireur repart à pied.

Très vite, la police identifie l’homme qui a terrorisé Copenhague pendant 13 heures. Il s’agit d’ Omar Abdel Hamid El-Hussein, danois d’origine palestinienne. Il est né le 11 septembre – tout un destin. Criminel, condamné pour port d’armes et violences, il se remarqua par une haine féroce des juifs et s’enflammait pour le conflit au Moyen- Orient. En prison, il déclara qu’il voulait partir en Syrie et rejoindre l’Etat islamique. Il voulait aller au paradis. A l’endroit où la police avait fini par le descendre, des personnes avaient mis des fleurs.

Les similitudes avec les attentats de Paris contre Charlie Hebdo et l’Hyper Casher semblent évidentes. Les réactions aussi. Le lendemain des attentats des milliers de Danois formaient une marche comme à Paris. Pour Helle Thorning, premier ministre, El-Hussein avait frappé les valeurs du royaume. Quelques semaines plus tard, des musulmans et d’autres Danois formèrent une chaine humaine dans le centre de la capitale danoise, en solidarité avec les victimes.

Les différences existent cependant. Le Danemark savait qu’il serait frappé par des terroristes depuis l’affaire des caricatures de Mahomet de 2006, mais ignorait seulement quand. Très vite, la vie a repris son cours. Il n’ y aura pas de lois d’exception ou de plan Vigipirate. Il n’ y aura pas non plus beaucoup de juifs danois qui émigreront en Israël. Ils ont certainement peur, mais ne paniquent pas, et veulent rester au Danemark, où ils se sentent bien.

Le Danemark s’était déjà démarqué en 1940, lorsque environ 8000 juifs furent sauvés de la déportation. En revanche, le roi Christian X n’a jamais porté l’étoile jaune sur son uniforme. C’est un mythe. Il n’ y a jamais eu de lois antijuives au Danemark.

Vibeke Knoop

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :