Journal de juin 2014: y a-t-il un problème Rom?

Un enfant rom encadré par des policiers, le 27 août 2012 à Evry. (Kenzo Tribouillard. AFP)

Un enfant rom encadré par des policiers, le 27 août 2012 à Evry. (Kenzo Tribouillard. AFP)

Après les déclarations de Manuel Valls alors ministre de l’Intérieur, les expulsions diverses et variées, l’interdiction de mendier dans les beaux quartiers de Paris et à Nice, on peut légitimement s’interroger sur les raisons pour lesquelles actuellement les Roms sont tellement discriminés et concentrent sur eux tant de peurs et de haines.

Il y aurait donc un problème Rom?

Si on y réfléchit, on a vite fait de comprendre que le problème ne vient pas des Roms, mais des conditions qui leurs sont faites, et du manque de volonté d’y remédier.

En effet, les Roms sont européens et à ce titre, libres de se déplacer partout en Europe, sans subir la moindre discrimination. En outre, pour favoriser leur intégration, des sommes colossales (17,5 milliards d’euros entre 2007 et 2013) ont été affectées dans 12 états européens. Mais les Roms n’en ont jamais vu la couleur… et on ne sait pas où vont ces fonds.

Alors, cette population vit dans un total dénuement dans des zones prétendument “dangereuses” et insalubres d’où on les chasse sans pour autant les reloger, les forçant ainsi au vagabondage, lui-même interdit.

Les voici donc “hors la loi” et poursuivis, faute de bénéficier de ce dont ils ont droit…D’où vient alors le problème, d’eux ou des autorités responsables?? C’est d’une injustice criante et un cercle vicieux dont il est quasiment impossible de sortir.

On déploie une énergie folle à expulser, chasser et stigmatiser une population qui, en France, n’excède pas 20.000 personnes, alors qu’il serait aisé de l’“intégrer” à condition que la circulaire proposant des solutions de relogement soit appliquée et que l’argent alloué à l’aide aux Roms leur soit réellement destiné.

Mais ce serait trop facile car en ces périodes difficiles, comme toujours en périodes de crises, on le sait, c’est d’une banalité écrasante de le dire, et pourtant, c’est toujours la même chose : il faut un bouc émissaire.

Aujourd’hui ce sont les Roms… Et demain??

Lison Benzaquen

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :