Journal de juin 2014: « le paragraphe juif » en Norvège

Cette année, la Norvège célèbre le bicentenaire de sa constitution, le fondement même de sa démocratie. Cependant, le deuxième paragraphe de cette même constitution est une honte nationale:

“L’église évangélique-luthérienne reste l’église de l’état. Les immigrés qui s’y réfèrent, s’engagent à élever leurs enfants dans cette religion. On ne tolérera pas les Jésuites ou les ordres monacaux. Les juifs n’ont toujours pas accès au royaume.”

En fait, cette interdiction remonte à la loi de 1687, du roi Christian V, stipulant qu’aucun juif ne pouvait se rendre en Norvège sans une autorisation royale. Ceux qui s’y risquèrent quand même furent condamnés à des amendes, arrêtés et expulsés. Pourtant, il n’y avait pas beaucoup de juifs en Norvège à l’époque. La plupart étaient des commerçants, surtout d’origine espagnole ou portugaise. En principe, ceux-là, appelés “Portugais”, devaient – exceptionnellement – pouvoir continuer à venir. Quelques autres se marièrent avec des Norvégiennes, après s’être convertis.

Vint l’année 1814. Depuis plus de 400 ans, la Norvège et le Danemark formaient une union. Dans la grande guerre anglo-française, le Danemark fut l’allié de la France. Celle-ci ayant perdu la guerre, le roi du Danemark dut céder la Norvège à la Suède, alliée de l’Angleterre victorieuse (traite de Kiel en janvier 1814).

En avril cette même année, une assemblée constituante se réunit à Eidsvoll pour doter la Norvège d’une nouvelle constitution. Le gouverneur de la Norvège (encore Danois) proclama l’indépendance. Il fallait une nouvelle constitution. Les débats furent longs, notamment sur la religion. Contrairement aux idées reçues jusqu’à nos jours, ce ne furent pas les paysans – considérés comme les plus antisémites – mais les grands intellectuels qui insistèrent pour exclure les juifs. Et ce à cause des plus grands principes démocratiques!!

— La liberté et l’égalité furent les fondements de la constitution, mais aussi la raison d’exclure les juifs, explique l’historien Håkon Harket, qui vient d’écrire un livre sur le paragraphe juif.

— Ça à l’air d’un paradoxe, mais c’était leur vision. Ils considèrent que la constitution des juifs, la loi de Moïse, n’était pas compatible avec un état moderne ou l’acquisition de la nationalité, dit-il. Les législateurs furent très inspirés de Schiller et Voltaire, et adoptèrent leurs opinions pour le meilleur et le pire.

—Voltaire est le grand défenseur de la tolérance et de la liberté de religion, mais en même temps le plus antisémite de cette époque, dit Harket.

Le paragraphe de la honte fut appliqué à la lettre après 1814. Y compris pour 500 naufragés juifs au large de Bergen, en 1817. Les premiers opposants ne se manifestèrent qu’en 1839, craignant qu’un commerçant juif refoulé ait “une très mauvaise opinion de l’accueil norvégien”.

En 1841, le poète Henrik Wergeland se trouva à Paris. Il y rencontra deux juifs marocains, et fut frappé par leur “comportement poli et leur aspect patriarcal”. Il les décrit dans plusieurs poèmes et écrits. Après sa rencontre parisienne, il comprit qu’il fallait abolir ce paragraphe. Cette fois, il rédigea un projet concret, et l’envoya au parlement.

— La constitution ne peut pas être considérée comme la plus libre et la plus honorable si elle reste la plus intolérante, écrit-il. Cependant ses ardentes convictions n’ont pas suffi. Il dut recommencer plusieurs fois, tout en écrivant des poèmes magnifiques, dont les fameux recueils “Les juifs” et “Les juives”, qui émurent enfin l’opinion.

Malade, Wergeland perdit un peu la force de continuer. A sa mort en 1845, le paragraphe n’était toujours pas aboli. Il a fallu attendre encore six ans de lutte et quatre sessions parlementaires avant que le paragraphe juif soit enfin aboli en 1851, malgré les réserves d’une partie du gouvernement.

Vidkun Quisling, premier ministre pronazi pendant la guerre, le rétablit en 1942. Ce n’est qu’à la libération que le paragraphe de la honte fut définitivement rayé de la constitution norvégienne.

En 1866, seuls 25 juifs vivaient en Norvège. Aujourd’hui, ils sont à peine 1500.

Vibeke Knoop

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s