Journal d’octobre 2013: Esclavage pas mort

Notre Garde des Sceaux avait obtenu que l’esclavage soit considéré comme un crime contre l’Humanité. On ne peut que l’approuver, et sans la moindre réserve. Or il existe encore de par le monde diverses formes d’esclavage moderne car, décidément, on n’arrête pas le progrès.

L’une des formes les plus monstrueuses d’esclavage est représentée par la Gestation Pour Autrui, qui fait de certaines femmes, les “mères porteuses”, les esclaves d’autres femmes, les “mères d’intention”. Un ouvrage récent et lumineux de Muriel Fabre-Magnan, professeur agrégé de droit à l’université de Paris-Sorbonne, jette sur cette pratique un éclairage qui fait froid dans le dos.

“À l’époque de la République romaine, les juristes avaient dû s’interroger sur le statut de l’enfant de l’esclave. Ils avaient alors refusé d’admettre que la femme qui enfante est semblable à un terrain ensemencé ou à un animal fécondé. Les enfants sont des êtres humains et doivent être rattachés à celle qui les a mis au monde, et non pas au maître de celle-ci”. Le lien avec l’esclavage n’est ni forcé ni exagéré “car la pratique de la GPA met des femmes au service et à la disposition d’autres femmes, dans des proportions inédites depuis l’abolition de l’esclavage… Une fois que les femmes, attirées par une rémunération, signeront des contrats pour produire des bébés pour des clients, leurs corps deviendront des biens marchands. Elles deviendront des esclaves 24 heures par jour pendant 270 jours”. Pour résumer : la mère porteuse pauvre, à la disposition d’une mère d’intention riche, va accoucher d’un enfant-produit qui sera ensuite vendu. Charmant! Seuls bénéficiaires de cette pratique immonde et d’un autre âge, les avocats vont faire (c’est déjà la cas aux Etats-Unis) des affaires d’or : cette mère-porteuse ne voudra pas, tout compte fait, se séparer de l’enfant qu’elle a porté ; cette mère d’intention ne voudra pas d’un enfant malformé ; j’en passe, et des plus atroces…

Un autre point ne peut laisser indifférente notre Garde des Sceaux : il y a dans la GPA une atteinte profonde et inadmissible à la devise de notre République : on va créer deux catégories de femmes, dont l’une, la mère porteuse, n’a plus aucune Liberté individuelle : elle ne pourra, pendant sa grossesse, ni boire, ni fumer, ni se nourrir comme elle le désire, ni pratiquer des sports “dangereux”, ni voyager, ni même avoir des relations sexuelles. Et où est l’Égalité par rapport aux autres femmes, notamment les mères d’intention? Quant à la Fraternité, elle est cruellement absente, pour laisser la place au mépris le plus révoltant. Esclavage moderne, donc, le ventre de la femme n’étant en définitive qu’un vulgaire sac, ou une machine.

C’est à dessein que nous avons résumé cet ouvrage et je ne doute pas que notre Garde des Sceaux, qui ne peut le méconnaître, saura s’en inspirer, et classer cette ignominie au rang des crimes contre l’Humanité. Certes, la GPA existe dans d’autres pays. Et quand bien même ? L exception française, ce serait seule- ment les vins, les parfums, la bonne bouffe et les galipettes tarifées de nos hommes politiques ? Faisons donc exception en ce domaine, et soyons-en fiers.

Encore un effort, Madame la Ministre!

Guy Zerhat

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :