Journal d’Avril 2012 : compte-rendu de notre séance du 16 février 2012 sur le film « Lucie Aubrac »

Lucie et Raymond Aubrac

Obligés “au pied levé” de remplacer le film Blanche et Marie qui avait été choisi pour illustrer le thème “les femmes dans la Résistance”, la pellicule étant défectueuse, nous avons projeté le beau film de Claude Berri consacré à Lucie Aubrac.

En préambule, nous avons Françoise Flieder et moi, désignées comme animatrices de la séance, donné quelques explications sur le rôle des femmes dans les mouvements de résistance.

Il faut reconnaître qu’elles ne représentaient que 10 à 20% des effectifs luttant en France contre l’ennemi. Pourquoi ce nombre relativement faible qui pourrait étonner les élèves d’aujourd’hui ? Le rôle de la femme à cette époque était très différent de celui qu’elles jouent de nos jours.

Elles étaient peu nombreuses, certes, mais très actives. Combien d’entre elles ont transporté des courriers compromettants, des tracts, parfois des armes, souvent à bicyclette et combien d’entre elles ont été arrêtées, torturées, assassinées ou déportées.

C’est d’ailleurs une des premières questions posées par les élèves : “qui étaient ces femmes de l’ombre ?”

Parmi les autres questions, on relève : “qu’est devenu Barbie après la guerre ?”, “comment Lucie Aubrac a-t-elle pu pénétrer par deux fois dans les locaux de la Gestapo et y rencontrer certains de ses chefs”, “que sont devenus les résistants qui avaient aidé Lucie à libérer son mari?”, et aussi une question posée par un professeur, “comment se fait-il que René Hardy n’ait pas été condamné à l’issue des deux procès qui lui ont été intentés après la guerre ?”, un autre élève pose une dernière question : “comment pouvait-on reconnaître les juifs parmi ceux qui étaient arrêtés ?”…

J’espère qu’ils retiendront de ce film le courage incarné par l’une des héroïnes de la Résistance, qui n’a pas cessé ensuite de témoigner auprès de centaines de jeunes lycéens et collégiens.

Mais il n’y avait pas que des héroïnes…Il y avait aussi ces femmes de l’ombre, à l’instar de ce professeur d’anglais qui devant les yeux ébahis des élèves de 6ème(j’en étais…), lors du premier cours de l’année, voulant leur montrer comment on écrit la lettre W dans cette langue, a pris sa craie et a écrit “Winston” sur le tableau noir.  J’ai appris bien plus tard qu’elle et sa sœur étaient mortes en déportation pour faits de résistance…

C’était à Lyon en 1942…

Claudine Hanau

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :