Journal d’octobre 2010 : « Mauvais signes! » de Lison Benzaquen

Nous vivons une période étrange et pour tout dire trouble et inquiétante.

On a le sentiment qu’avec la crise, tous les vieux démons resurgissent. Il paraît que c’est une réaction humaine normale, elle n’en demeure pas moins angoissante.

L’illustration de cette atmosphère : le festival de petites phrases entendues cet été et qui en disent long : “déchéance de la nationalité”, “insécurité = Roms” etc….

Bref tout cela a des relents qui rappellent d’autres époques peu glorieuses de notre pays.

Dans le droit fil de cet état d’esprit, deux événements passés assez inaperçus et cependant significatifs.

Le premier, c’est la censure par le maire de Parthenay de la lecture à des élèves, d’une lettre écrite par Ida Grinspan, ancienne déportée, dans le cadre de la journée nationale du souvenir des victimes et héros de la déportation.

Qu’y avait-il de choquant dans cette lettre? La vérité simplement. A savoir qu’Ida Grinspan dit avoir été arrêtée à l’âge de 14 ans, par trois gendarmes français. Horreur! cette révélation a heurté la sensibilité d’un gendarme. La vérité doit donc être tue. Ce ne sont pas des gendarmes français qui ont arrêté Ida, ce sont des gendarmes martiens !!! C’est comme ça qu’on écrit l’histoire…

Et à propos d’histoire justement : une professeure d’histoire de Nancy a été suspendue quatre mois de ses fonctions à la suite d’un rapport rédigé en juillet par des inspecteurs qui ont trouvé des “manquements aux obligations de neutralité et de laïcité” de cette professeure et ont estimé qu’elle “consacre trop de temps à l’organisation de voyages sur l’histoire des juifs comprenant des visites à des camps”.

Voilà donc que la Shoah devient un phénomène religieux et essentiellement juif? C’est nouveau. Je croyais naïvement que la Shoah était un phénomène universel hors catégorie, surtout pas religieux. La Shoah concerne me semble-t-il, l’humanité entière et la mémoire de l’histoire de la Shoah devrait être omniprésente pour rappeler à chacun et à tout moment ce à quoi l’homme peut arriver s’il manque de vigilance et s’il se laisse progressivement glisser et porter par la facilité de chercher (et trouver) un bouc émissaire à tous ses malheurs.

Ces deux exemples sont les mauvais signes du climat actuel où chacun suspecte l’autre, où chacun se recroqueville sur son identité survalorisée au détriment de celle de l’autre : c’est le terreau préféré de tous les racismes et dérives.

Alors, s’il nous est impossible d’être plus ouverts et meilleurs, au moins essayons d’être plus raisonnables, pour l’avenir de nos enfants…

Lison Benzaquen

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :