Journal d’octobre 2010 : le creuset français et les questions de l’identité française

Plafond de la Cité nationale de l'histoire de l'immigration

Dans le contexte actuel, il est utile de mettre en perspective les questions de la citoyenneté et de la nationalité, et la place qui est faite aux étrangers. L’ouvrage désormais classique de Gérard Noiriel, “Le creuset  français”, éclaire utilement ces sujets de clivage et de tension dans la société française depuis les années 1880. Ce livre inscrit dans une perspective de longue durée comment l’identité française s’est façonnée par la diversité et comment des partis politiques ont manipulé cyniquement la question de l’immigration pour nourrir les réflexes xénophobes d’une partie de la population française. En France, c’est la IIIe République qui intègre les classes populaires au sein de l’État nation, avec le développement de la démocratie parlementaire, des lois sociales et du mouvement ouvrier, et qui promulgue les premières lois sur la nationalité. Apparaît alors le clivage national-étranger dans ses différentes dimensions, et l’enjeu désormais crucial des “papiers d’identité”.

Les moments de crise économique et sociale sont aussi ceux de crise de l’identité nationale. Ce fut le cas dans les années 1880-1890, avec la montée de la xénophobie et de l’antisémitisme, et dans les années 1930, avec la montée des mêmes tensions xénophobe et antisémite et d’une extrême droite pour partie perméable à l’idéologie nazie… Nous n’échappons pas à une profonde crise identitaire aujourd’hui, avec tout ce que cela implique de confusions, d’amalgames et d’obscurantismes, alors que la société française est frappée par un chômage de masse depuis plus de trente ans et confrontée à un monde en profonde mutation.

Les symptômes de cette crise sont multiples et nous semblent s’aggraver par rapport aux étrangers, avec la création en 2007 d’un Ministère qui lie la notion d’identité nationale à celle de l’immigration, ce qui laisse entendre que les immigrés sont problématiques par rapport à l’identité nationale. Ou encore avec le faible budget et la faible fréquentation de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration qui œuvre à la reconnaissance de l’apport des immigrés à la construction de la France. Ou très récemment avec la désignation d’un groupe de personnes sur une base ethnique et culturelle, les roms de Roumanie, dans une circulaire qui fait à juste titre scandale par rapport aux valeurs françaises héritées de la Révolution et de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

La crise identitaire qui traverse la France nous semble aussi s’approfondir par rapport aux nationaux Français. Le discours du Président de la République à Latran en 2007 qui a parlé de “l’instituteur (qui) ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur”, ou l’imam devrait-on alors préciser à l’heure où l’Islam est la deuxième religion de France, marque une rupture avec la notion de laïcité fondée sur l’héritage des Lumières et qui a permis au pays la paix civile. Le discours que le Président a prononcé à Grenoble en août 2010 aggrave encore la dérive par rapport au socle républicain, en liant déchéance de la nationalité pour les Français d’origine étrangère et criminalité (la sanction pénale et la prison ne suffiraient-elles donc plus pour ces citoyens implicitement soupçonnés d’être de seconde catégorie?). Lorsque le premier des Français déclare à Grenoble que “nous subissons les conséquences de 50 années d’immigration insuffisamment régulée qui ont abouti à un échec de l’intégration (…) Il est quand même invraisemblable que des jeunes gens de la deuxième, voire de la troisième génération, se sentent moins Français que leurs parents ou leurs grands-parents”, il nous semble qu’une ligne jaune a été franchie. Un prétendu échec de l’intégration depuis 50 ans, soit le début des années 1960 ?

Nous savons tous que Nicolas Sarkozy désigne implicitement les Français qui ont des origines au Maghreb et en Afrique noire, parmi lesquels certains constituent une partie importante des habitants pauvres de nos banlieues. Si nous sommes conscients de la confusion identitaire de certains de nos concitoyens en particulier parmi les plus jeunes, cette stigmatisation par les plus hautes autorités de l’Etat de ceux qui sont parmi les moins intégrés et les plus fragilisés est révoltante. C’est aussi une façon d’aggraver leur défaut d’intégration et de construire très vite un cercle vicieux. Cette stigmatisation jette aussi la suspicion et la méfiance sur l’ensemble des Français qui ont des ascendants venus d’Afrique, des Français sommés de “prouver” leur appartenance nationale. Triste époque…

Face à ces confusions quasi diffamatoires et blessantes, gardons raison. La nation française s’est fondée et développée sur une langue devenue nationale tardivement (les patois et les langues régionales reculent avec l’école publique, gratuite et obligatoire), une culture et une histoire qui puisent autant dans le “souvenir du sacre de Reims” que “le récit de la fête de la Fédération” pour citer imparfaitement le grand historien et résistant que fut Marc Bloch.

La citoyenneté française se fonde sur une dette particulière à l’égard des Lumières et de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 qui rejette toute discrimination ou caractérisation en fonction de la “race” ou de la religion. Un héritage précieux pour les Français, musulmans ou non, aux prises avec les dérives d’un islamisme totalitaire et meurtrier. Un héritage précieux pour les Français confrontés à l’émergence de nouvelles idéologies racistes, comme celle défendue par Thilo Sarrazin dans un best seller en Allemagne qui s’inspire d’une vision sociogénétique proprement effrayante (les populations turques ou africaines auraient un patrimoine génétique de moindre qualité en raison du grand nombre de mariages consanguins…).

Il est délicat d’évoquer l’apport à la France des étrangers devenus Français, ou de leurs enfants, ou même des étrangers qui ont choisi la France comme terre d’élection pour une période de leur vie. Cet apport ne relève pas d’une comptabilité de boutiquier, mais d’une part inestimable et incalculable qui a aussi trait au désir singulier et aux sentiments les plus généreux et nobles qui soient.

Songeons simplement, pour ne citer que quelques étrangers devenus Français, aux œuvres d’Apollinaire, de Cendrars, de Chagall et de Ngo Bao Chau, médaille Fields 2010 (l’équivalent du prix Nobel en mathématique) et Français d’origine vietnamienne. Songeons aussi aux contributions des Français qui ont des ascendants d’origine étrangère (près du quart d’entre nous), que ce soit Léon Gambetta, Emile Zola, Yves Montand, Serge Gainsbourg, ou aujourd’hui Marie Ndiaye… Songeons enfin à la tradition des artistes étrangers séjournant en France…

Que serait la peinture sans les œuvres crées par les artistes des années folles  autour du quartier de Montparnasse ou la musique contemporaine sans les musiciens de nombreux pays africains qui ont choisi Paris dans un rôle de capitale fédératrice?

La sensibilité est heurtée par quelque chose de profondément consternant et affligeant dans le slogan “la France, tu l’aimes ou tu la quittes”.

Rose Lallier

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :