Editorial : Les dérapages contrôlés

Paru dans le journal d’avril 2010

Le raciste, c'est l'autre!

On assiste à une accumulation de dérapages de la part de nos hommes politiques, dont les médias raffolent et qu’Internet répercutent à l’envi. Faut-il s’en émouvoir, ou n’y voir que le signe des temps ?

Le dernier en date est celui d’Eric Zemmour qui s’est lâché sur Canal+ à propos des “contrôles au faciès” en déclarant : Les Français issus de l’immigration sont plus contrôlés que les autres parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes. C’est un fait…

Ces propos, relayés par l’avocat général Philippe Bilger ont suscité un tollé, au point que la LICRA a annoncé dans un premier temps son intention avec le CRAN et J’ACCUSE de le poursuivre. Il semble qu’ils y aient renoncé, après la lettre d’excuses que Zemmour a rendue publique, s’épargnant ainsi le licenciement que le Figaro annonçait à son encontre.

Ses excuses rappellent celles de Siné qui avait “déconné” sur “Carbone 14” au cours d’une émission libre et alcoolisée, à l’occasion de laquelle il avait carrément déclaré qu’il était antisémite… Et qu’il voulait que chaque juif vive dans la peur, sauf s’il était pro-palestinien…

Lui aussi s’était excusé ; mais n’a pas reculé dans la revendication au droit à l’outrance et à la connerie en s’en prenant à Jean Sarkozy, à propos de l’annonce de ses fiançailles avec l’héritière juive des fondateurs de Darty.

Le dérapage est devenu, notamment grâce à Internet, un genre cultivé par les médias qui le traquent, le détectent, et tantôt le dénoncent, tantôt en font leur une pour quelques temps…Il est tombé dans l’air du temps. Qu’on s’en délecte ou s’en émeuve, il est indéniablement un travers de notre époque.

Depuis le bruit et les odeurs qui remontent à 1991, Jacques Chirac s’est laissé piéger en compagnie d’Alain Juppé à Bordeaux, en évoquant l’origine d’un militant qui ne lui paraissait pas tout à fait natif de là…

On surfe sur le registre de l’humour équivoque, celui qui conduit Brice Hortefeux qui se laisse prendre en photo avec un militant d’origine maghrébine : il en faut toujours un. Quand il y en a un ça va, c’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes…

Ou sur celui de l’hypocrisie avec Georges Frêche qui trouve à Laurent Fabius une tronche pas très catholique, ce qui lui vaudra les foudres du parti mais sans doute aussi son succès aux élections régionales. Dictionnaire en main, soutenu par ses troupes, il en rajoute et se revendique de ses bonnes fortunes judiciaires qui l’ont blanchi pour ses propos sur les Blacks ou sur les Harkis.

Et voilà que le sénateur UMP Gérard Longuet se lance dans la diatribe à propos des rumeurs qui circulent au sujet du remplacement de Louis Schweitzer à la tête de la HALDE en se laissant aller toute honte bue dans un propos visiblement embarrassé : il vaut mieux que ce soit le corps français traditionnel qui se sente responsable de l’accueil de tous nos compatriotes, cela veut dire que c’est la France qui s’ouvre aux populations nouvelles. Schweitzer c’est parfait, un vieux protestant, parfait : la vieille bourgeoisie protestante, parfait… Réprobation, dénonciation, désaveu, gaffe, reprise en main de la majorité? Malek Bouthi pressenti pour prendre la suite de Louis Schweitzer en fera les frais.

Raciste? Antisémite? Claude Lanzmann accuse Raymond Barre de l’être, en raison de ses propos sur l’attentat de la rue Copernic qu’il a maintenus plus tard, en dénonçant le “lobby juif” avant de mourir. J’accuse Raymond Barre d’être un antisémite plus encore, je l’accuse de se faire le héraut de cette passion immonde, de la propager, et de s’en glorifier, alors que le délit tombe sous le coup de la Loi .

Ni les excuses, ni la mort, ni le climat, ni l’ambiance, ni la liberté d’expression, ni l’humour, ni la polémique ne justifient ni n’expliquent ces dérapages, et chacun devrait se contrôler davantage, au lieu de laisser libre cours à ses pulsions.

On ne devient pas raciste par hasard, on ne l’est pas, ou rarement, par conviction, on se laisse aller et on s’en rend compte à posteriori. Le plus souvent trop tard, quand le mal est fait ou quand on en a tiré profit.

Le comble est bien que ce soit plutôt ceux qu’on ne voit pas dans le rôle qui risquent de donner raison à ceux qui en cultivent l’abjection. Pour respecter les autres, tous les autres, il faut faire attention à eux.

Nul n’est à l’abri de ces dérapages, ou de ses écarts de langage. Il faut se contrôler plutôt que de se laisser aller. Regardez comment s’y prend Marine Le Pen pour faire remonter le FN aux élections : elle a mis un terme aux écarts de langage de son père, même si le discours de fond reste le même.

— Bernard Jouanneau

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :