…avec cela ?

Il n’y bien entendu pas de lien entre un gouvernement qui diabolise l’étranger et des lynchages…

67 blessés dans une chasse aux immigrés en Italie
NOUVELOBS.COM | 09.01.2010 | 15:47

31 étrangers, 19 policiers et 17 habitants italiens ont été blessés lors d’une véritable chasse aux étrangers menée par des habitants de Rosarno, dans le sud de l’Italie. Environ 50.000 ouvriers agricoles immigrés vivent dans le pays, la plupart du temps dans des conditions insalubres.

Un nouvel immigré a été légèrement blessé par un tir de fusil de chasse à quelques kilomètres de Rosarno, en Calabre (sud de l’Italie), a indiqué samedi matin 9 janvier la police qui a donné un nouveau bilan de 67 blessés dans les incidents ayant éclaté jeudi soir et qui ont été suivis d’une chasse aux étrangers.
Une enquête a été ouverte après le tir samedi matin, a ajouté la police. Sur les 67 blessés, 31 sont des étrangers dont deux ont été grièvement blessés vendredi soir à coups de barres de fer ; 19 des policiers ; et 17 des habitants italiens de cette localité, selon la même source. Six personnes, toutes des immigrés, sont encore hospitalisées. Les autres victimes souffraient de contusions ou de blessures légères.

Un précédent bilan, donné par l’agence de presse Ansa, faisait état de 38 blessés: 20 étrangers et 18 policiers.

Selon l’agence de presse Ansa, une centaine d’habitants armés de bâtons et de barres de fer ont érigé des barricades, notamment près d’un local où se trouvaient de nombreux immigrés. Certains charriaient des bidons d’essence et des massues. D’autres ont décidé d’occuper la mairie de Rosarno « jusqu’à ce que les immigrés soient éloignés ». « Qu’ils s’en aillent, il faut qu’ils aient peur », a déclaré à la télévision un jeune habitant de la ville, tandis qu’un autre expliquait: « C’est une protestation organisée ».

Transférés sous les applaudissements

Le président de la République Giorgio Napolitano a lancé dans la soirée un appel à « arrêter sans délai toute violence ». Un « important contingent de policiers a été envoyé pour assurer un meilleur contrôle du territoire et garantir la sérénité à toute la population présente », a annoncé le chef de la police Antonio Manganelli, après s’être entretenu avec le ministre de l’Intérieur Roberto Maroni. Une force armée regroupant Etat et région a été mise en place à Reggio Calabria, la capitale de la province.

Samedi à minuit, neufs cars transportant environ 250 immigrés ont quitté, sous les applaudissements d’un groupe d’habitants, la zone de la « Rognetta », une des structures où étaient hébergés les immigrés et d’où était partie la révolte de jeudi soir. Escortés par la police et les carabiniers ils devaient être transférés dans un centre d’accueil d’urgence à Crotone, à environ 170 km de là. Selon Ansa, ce transfert s’est déroulé sans incident ou résistance de la part des immigrés et les forces de l’ordre sont restées sur place afin d’éviter que des étrangers ne reviennent ou que les habitants de Rosarno ne mettent le feu aux installations. Un autre groupe d’environ 500 immigrés restaient dans une autre structure de Rosarno où le calme semblait revenu dans la nuit.

Ils vivent dans des « conditions inhumaines »

Ces incidents sont survenus après une manifestation, jeudi soir, de plusieurs centaines d’ouvriers agricoles, pour la plupart employés illégalement dans la région, pour protester contre l’agression de plusieurs d’entre eux, cibles de tirs de fusils à air comprimé. Ils avaient incendié des voitures et brisé des vitrines à coups de bâtons et des affrontements avaient éclaté avec la police.

Pour Roberto Maroni, membre du parti anti-immigrés Ligue du nord, ces tensions sont le résultat d' »une trop grande tolérance face à l’immigration clandestine ». Le Haut commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) et le principal syndicat italien, la Cgil, ont pour leur part dénoncé les « conditions inhumaines dans lesquelles vivent ces ouvriers: cabanes insalubres, sans eau, sans hygiène ». Un peu plus tôt dans la journée, la porte-parole de l’antenne italienne du HCR, Laura Boldrini, avait dit à l’AFP craindre « une chasse aux immigrés ».

Chaque année, la récolte des fruits – oranges et clémentines – attire un afflux de quelque 4.000 immigrés à Rosarno (15.000 habitants). En décembre 2008, deux étrangers avaient été blessés par balles dans cette ville dans des violences de même nature. Selon la Cgil, environ 50.000 travailleurs immigrés vivent en Italie dans des logements insalubres similaires à ceux de Rosarno. Le syndicat a dénoncé l’emprise de la mafia, surtout dans le sud du pays, sur ces immigrés massivement employés dans l’agriculture, qui représentent « une main d’oeuvre à bas coût » payée autour de 25 euros par jour.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :