Des députés veulent relancer le débat sur le port de la burqa en France

Lu dans 20 Minutes :
Créé le 17.06.09 à 19h30 | Mis à jour le 17.06.09 à 19h31
SOCIETE – Emmenés par André Gérin (PCF), ils demandent la création d’une commission d’enquête parlementaire sur la question…

Tout est parti d’un constat: «Nous sommes aujourd’hui confrontés, dans les quartiers de nos villes, au port par certaines femmes musulmanes de la burqa, voilant et enfermant intégralement le corps et la tête dans de véritables prisons ambulantes ou du niqab qui ne laisse apparaître que les yeux.» André Gérin, député-maire PCF de Vénissieux (Rhône), juge cette «tenue vestimentaire dégradante» et a donc décidé de relancer le débat sur un phénomène qu’il juge trop répandu, même si aucune statistique n’est aujourd’hui disponible sur la proportion de musulmanes voilées de la tête aux pieds.

Il a ainsi demandé la création d’une commission d’enquête parlementaire sur la question. Sa proposition, déposée le 8 juin, est cosignée par 58 députés de toutes tendances politiques, en particulier de droite (3 PCF, 7 PS, 43 UMP, 2 NC, 3 NI) et il espère qu’elle sera soutenue par le gouvernement.

Si elle voit le jour, cette commission d’enquête parlementaire compterait 30 membres et devrait avant le 30 novembre «définir des propositions afin de lutter contre ces méthodes qui constituent une atteinte aux libertés individuelles sur le territoire national».

Une initiative soutenue par la présidente de Ni putes ni soumises, Sihem Habchi. «La loi de 2004 sur la laïcité (interdisant les signes ostensibles d’appartenance religieuse dans les établissements scolaires, ndlr) était nécessaire mais pas suffisante; il faut rouvrir le débat et ce sera à chacun de se positionner sur la laïcité, sur la mixité. La France a une responsabilité face aux femmes qui sont en train de se battre en Iran pour leurs droits», a-t-elle estimé.

«Encourager les amalgames»

Mais la proposition d’André Gérin est loin de faire l’unanimité. Le secrétaire général de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF), Fouad Alaoui, a dénoncé «une nouvelle manoeuvre propre à encourager les amalgames». Il regrette dans une brève déclaration à l’AFP cette démarche qui intervient «justement quand on parle de l’Iran» et se dit «triste qu’on en arrive à ce niveau».

Depuis le vote de la loi de 2004, le débat sur le voile s’est un peu apaisé, même si la Haute autorité de lutte contre les discriminations (Halde) est intervenue pour interdire les cours de français à une femme complètement voilée. Depuis aussi, la propriétaire d’un gîte rural a été condamnée pour avoir refusé d’accueillir deux femmes portant le voile. Mais en juin 2008, le Conseil d’Etat avait confirmé la validité d’un décret refusant à une Marocaine musulmane en burqa l’acquisition de la nationalité française.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :